Quelles formalités pour recruter un apprenti

Un chef d'entreprise peut embaucher un apprenti. Ce dispositif a pour but de donner à des jeunes de 16 à 25 ans ayant suivi une formation générale, théorique et pratique, d'obtenir une qualification professionnelle sanctionnée par un diplôme.

Tous les secteurs peuvent être concernés par l'apprentissage. Conclure un contrat d'apprentissage ouvre droit à différentes aides : exonération, totale ou partielle, de cotisations sociales, indemnité compensatrice forfaitaire versée par la Région, crédit d'impôt, etc.

Qui peut embaucher un apprenti et quelles sont les conditions?

Un franchisé en tant que chef d'entreprise peut prendre un apprenti s'il assure avoir mis en place toutes mesures nécessaires à l'organisation de l'apprentissage : équipement, techniques utilisées, conditions de travail, d'hygiène et de sécurité ainsi que les compétences professionnelles et pédagogiques du maître d'apprentissage. Le contrat est conclu entre l'employeur et l'apprenti. L'apprentissage est un dispositif d'alternance entre enseignement théorique en centre de formation d'apprentis (CFA) et enseignement pratique chez l'employeur.
La durée du contrat varie de 1 à 3 ans en fonction du type de profession et de la qualification préparée... Il doit être suivi par un maître d'apprentissage qui peut être l'employeur ou l'un de ses salariés. Sa mission est de contribuer à l'acquisition des compétences nécessaires pour obtenir un diplôme en liaison avec le CFA.

Quelles sont les conditions de travail de l'apprenti ?

L'apprenti est un salarié comme les autres. Il bénéficie des mêmes conditions que les autres salariés de l'entreprise (y compris les conventions collectives). L'apprenti doit pouvoir suivre les cours professionnels compris dans le temps de travail. L'apprenti âgé de 18 ans et plus est soumis aux règles applicables dans l'entreprise. S'il est âgé de moins de 18 ans, l'apprenti ne peut pas travailler :
• plus de 8 heures par jour (à titre exceptionnel, des dérogations peuvent être accordées dans la limite de 5 heures par semaine, par l'inspecteur du travail après avis conforme du médecin du travail) ;
• plus de 4 h 30 consécutives (au terme desquelles l'apprenti doit bénéficier d'une pause de 30 minutes consécutives).

Quel salaire perçoit l'apprenti ?

L'apprenti perçoit un salaire fixé en pourcentage du SMIC. Il varie en fonction de l'âge et de l'avancement dans le ou les cycles de formation de l'apprentissage. Le jeune apprenti bénéficie d'une rémunération variant en fonction de l'année d'exécution du contrat. Le passage d'un niveau de rémunération à un autre s'effectuera chaque année. Avant 18 ans, 25% du smic la première année, 37% la deuxième et 53% la troisième. de 18 ans à moins de 21 ans 41% la première année, 49% la deuxième, 65% la troisième, au-delà de 21 ans, 53% la première année, 61% la deuxième et 78 % la troisième.
Les salaires versés aux apprentis bénéficiant d'un contrat répondant aux conditions prévues par le code du travail sont exonérés d'impôt sur le revenu dans une limite égale au montant annuel du SMIC.

Les conditions de rupture du contrat d'apprentissage ?

Les 2 premiers mois sont considérés comme période d'essai, le contrat peut être rompu par l'une ou l'autre des parties. Après la période d'essai, le contrat continue jusqu'à son terme sauf dans les cas suivants : résiliation possible du contrat d'apprentissage à la seule initiative de l'apprenti en cas d'obtention du diplôme ou du titre préparé. L'apprenti doit avoir informé l'employeur par écrit au minimum deux mois auparavant, résiliation expresse des deux cosignataires, jugement du conseil de prud'hommes en cas de faute grave de l'une des parties à ses obligations, inaptitude de l'apprenti à exercer le métier choisi.

Les exonérations patronales dont bénéficient les employeurs

L'État prend en charge totalement les cotisations des assurances sociales (hors cotisations AT/MP) et des allocations familiales dues par l'employeur au titre des salaires versés aux apprentis. L'État prend également en charge les cotisations sociales salariales d'origine légale et conventionnelle imposées par la loi dues au titre des salaires versés aux apprentis.
Si le contrat d'apprentissage est suivi de la signature d'un contrat de travail à durée indéterminée, ou d'un contrat de travail temporaire, aucune période d'essai ne peut être imposée, sauf dispositions conventionnelles contraires.
La durée du contrat d'apprentissage est prise en compte pour le calcul de la rémunération et l'ancienneté du salarié.

Articles similaires

Les apports en société

par Dominique Deslandes - 16 heures

Les apports sont des biens ou des fonds que les associés mettent à la disposition de la société en vue de l'exploitation commune et en contrepartie desquels ils reçoivent des droits sociaux (parts ou actions) soumis aux aléas de la société

Devenir courtier en crédit

par Dorsaf Maamer - 10 jours

Avec un marché de l'immobilier très actif et un nombre croissant de particuliers faisant appel à un courtier, le métier a assurément de beaux jours devant lui. L'entrée en vigueur d'un nouveau cadre réglementaire en janvier 2013 a favorisé l’augme...

Régler un litige avec votre banque

par LA - 10 jours

Vous n'êtes pas d'accord avec votre banquier ? Il peut arriver qu'un différend vous oppose à votre banque comme cela pourrait se produire avec n'importe quel autre commerçant. La cause de votre mécontentement peut correspondre à un réel

Informations clés

  • Crée le: 13/11/12 01:00

Les franchises qui recrutent