Pour vendre ou acheter un bien : franchises immobilières, mandataires ou notaires

En dehors des transactions entre particuliers, les trois catégories de professionnels de l'immobilier (agent immobilier, mandataire, notaire) ont ceci en commun de mettre en relation un acheteur et un vendeur pour aboutir à une transaction. Ils ont cependant des fonctionnements et des pouvoirs différents. Juridiquement, l'agent immobilier ou le notaire ont la capacité de faire signer un compromis ou une promesse de vente et de recevoir des fonds, mais pas le mandataire.

Aujourd'hui, le marché immobilier est tenu en majorité par des franchises immobilières ou des coopératives d'agents immobiliers qui sont en mesure de proposer un maximum d'offres de toutes natures et qui proposent à leurs adhérents et franchisés des services adaptés pour améliorer leur performance.

Agent immobilier, mandataire ou notaire : quelle différence ?

La catégorie la plus connue, c'est l'agent immobilier. Indépendant isolé (ils sont de moins en moins nombreux) ou indépendant affilié ou franchisé à un réseau national ou régional ( réseau coopératif Orpi, Laforêt franchise, Guy Hoquet, Solvimo) son activité est réglementée. Il doit détenir une carte professionnelle “"transaction sur immeubles et fonds de commerce"” ou “Carte T”, délivrée par la préfecture selon des critères d'aptitude. Il doit aussi disposer d'une garantie financière et détenir une assurance en responsabilité civile adéquate. L'agent immobilier travaille seul ou emploie des négociateurs (salariés ou agents commerciaux) et a pignon sur rue via son agence et une vitrine qui reste encore un vecteur de communication important pour les enseignes. Même si les futurs acquéreurs font de plus en plus leurs recherches sur les sites internet, c'est pour ensuite pousser la porte d'une agence pour obtenir plus de renseignements validés par un professionnel.

Le mandataire, lui, ne possède pas la Carte T et il est rattaché à celle de l'agent. Certains réseaux sont constitués uniquement de mandataires comme Capi France qui constitue le 1er réseau de conseillers immobiliers indépendants de France. Capifrance appartient au Groupe Artémis, filiale de la société financière Pinault.
Le mandataire n'a pas de vitrine physique, ses frais de fonctionnement sont donc considérablement réduits d'où des commissions e théorie moins élevées. Ces réseaux sont en fort développement car l'investissement est moins élevé (on peut travailler à son domicile) mais il faut choisir la bonne enseigne qui donne une formation et des outils pour mener à bien sa mission. Il sera sans doute aussi difficile de vendre un "fonds de commerce" puisqu'il n'existe pas.

Il y a des réseaux où les mandataires dépendent d'un structure nationale de type franchise et d'autres où les mandataires dépendent d'un franchisé local. Ces réseaux ont en fait remplacé le statut d'agent commercial immobilier par celui de mandataire.

Enfin le notaire qui peut lui aussi opérer des transactions immobilières. Ses commissions sont fixées légalement (leurs montant se situent à peu près entre celles de l'agent immobilier et du mandataire). Cette activité reste cependant marginale par rapport à ses autres fonctions et les notaires sont surtout actifs sur le marché immobilier en zone rurale.

Une formation obligatoire dans le projet du ministre du logement Cécile Duflot

La qualité des professionnels de l'immobilier dépend de la formation que fournissent les têtes de réseaux. Une formation initiale et permanente est utile sur un marché en évolution permanente. Les réglementations ne cessent de changer (diagnostics, baux, fiscalité) et une vraie formation au métier va dans le sens du professionnalisme que tout acheteur est en droit d'attendre quand il investit ses économies et s'endette souvent pour au moins 15 ans. C'est pourquoi, les candidats au métier d'agent immobilier se tournent vers les réseaux de franchise qui leur garantissent tous une formation de qualité (formation de 10 semaines dans la franchise Guy Hoquet par exemple) ce qui leur permet d'acquérir des méthodes de négociation et de gestion nécessaires à leur activité.

Les avantages d'adhérer à un réseau de franchise

En matière d'évaluation des biens, il n'existe pas de différence majeure entre les différentes catégories. Ils utilisent tous des logiciels d'analyse comparative s'appuyant sur les caractéristiques du bien immobilier et les transactions réalisées dans la même zone géographique.
Les plus d'un réseau résident dans son savoir-faire, sa taille, la qualité de son fichier d'offres et de clients, sa notoriété (communication nationale et régionale) et son soutien solide et continu envers ses franchisés : formation, service juridique en ligne, services complémentaires, outil de simulation, etc… et des outils interactifs (alertes internet, appli smartphones, etc.). Rejoindre un réseau permet d'être opérationnel dès l'entrée en fonction de l'agence avec déjà à son actif des biens à proposer avant d'attaquer sa propre prospection.

Articles similaires

Nouvelles règles pour le licenciement économique

par Martine Malaterre - 6 jours

Depuis le 1er décembre, deux nouveaux motifs économiques reconnus par la jurisprudence sont applicables dans le cadre d'un licenciement  économique: la réorganisation de l'entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité et...

La caution personnelle

par Dominique Deslandes - 8 jours

Celui qui se rend caution d'une obligation se soumet envers le créancier à satisfaire à l'obligation de rembourser, si le débiteur n'y satisfait pas lui-même. ...

Cession de réseau : quel impact sur les franchisés ?

par HK - un mois

Lorsqu’un franchisé adhère à un réseau, il ne pense souvent pas à l’éventualité du rachat de l’enseigne franchiseur par une autre entité. Il devrait pourtant, car une telle opération pourrait le concerner directement. Point de vue ...

Informations clés

  • Crée le: 05/05/14 04:55

Les franchises qui recrutent