De plus en plus de secteurs utilisent le drive

D'après une étude Xerfi, datant d'avril 2013, intitulée « Drive et retrait en magasin : parts de marché, trafic en magasin, fidélisation, etc. Quels objectifs et opportunités pour les enseignes alimentaires et non alimentaires ? » le retrait en magasins et le drive intéressent de plus en plus les circuits de distributions et les consommateurs.

Expansion du drive

D'ici 2015, ce seront 68,7 milliards d'euros qui représenteront les parts de vente en ligne, soit 5,7 % de la consommation des ménages contre 4 % en 2012. On constate qu'en plus des pure players, les enseignes traditionnelles sont nombreuses à choisir ce mode de distribution. D'après l'étude Xerfi, en 2012 il y aurait eu près de 70 % des chaines de distribution à avoir créé un site marchand cumulé avec un service de drive et de retrait en magasin.
Si au cours de l'année 2012 la vente en drive des grandes surfaces alimentaires a dépassé les 2 milliards d'euros, et si en 2013 on compte 2 100 unités de drive, ce marché arrive à saturation. Le nombre de produits disponibles dans les drives est de plus en plus imposant. La vente sur site avec le système de drive est moins rentable et certaines régions comme la Bretagne sont suréquipées. Les experts Xerfi tablent, d'ici à 2015, sur une stabilisation et un arrêt de la hausse du nombre de drive alimentaires.
Le drive présente de nombreux avantages :
- Le consommateur peut plus facilement contrôler son budget de gagner du temps.
- Les grandes surfaces alimentaires profitent d'une règlementation plus souple et d'une facilité de développement moins onéreuse qu'un magasin physique.

Intérêt des enseignes

Désormais la vente en drive ne concerne plus seulement les produits alimentaires et les grandes surfaces. Les enseignes de distribution non alimentaires utilisent désormais ce mode de distribution. On trouve, dans le circuit du drive, du prêt à porter, de l'optique, de l'ameublement, des produits high-tech, des fournitures de bureaux, etc.
Pour les enseignes c'est une façon de toucher un plus large public, de fidéliser les consommateurs, de les accompagner dans le processus d'achat et de générer du trafic en magasin.
Les commandes passées sur site internet sont retirées en boutique. A titre d'exemple, pour l'enseigne Morgan, 30 % des commandes faites en ligne étaient retirées en magasin six mois après le lancement de l'opération.
Le développement du drive évolue pour les deux types d'acteurs. Si les enseignes traditionnelles se lancent dans la vente en ligne avec livraison en magasin pour apporter conseils et services additionnels, les pur players eux, créent désormais des points de contact physique pour accroître le rayonnement de leur marque.
La création de ces points de vente remplit plusieurs objectifs :
- Rassurer le client en créant un climat de confiance.
- Proposer des services supplémentaires tels que le SAV.
- Former les consommateurs à l'e-commerce et leur offrir une expérience d'achat unique.
- Obtenir des agréments et signer de nouveaux fournisseurs.
- Former les vendeurs de la marque à une meilleure connaissance du produit.
- Améliorer la visibilité de la marque et renforcer son rayonnement.
- Construire un ‘territoire de marque'.
La rédaction vous conseille cet article : Le drive, moteur de croissance pour la grande distribution

Articles similaires

Ce que vous devez savoir sur le métier de courtier

par MA et JS - 8 jours

Profil du courtier qu'il soit franchisé, salarié ou entrepreneur isolé Le courtier se charge d'analyser le besoin de son client afin de lui trouver l'offre la plus adaptée sur le marché en respectant son budget. Il devra rentrer en négociation si...

Le secteur de l’ameublement profite pleinement de la dynamique de celui de l’immobilier

par HK - 17 jours

Porté par l’excellente reprise du secteur de l’immobilier, le secteur de l’ameublement a passé une belle année 2016. La tendance se confirme pour l’année en cours avec une progression exceptionnelle pour certaines enseignes dont la franchise Archea.

La distribution de loisirs créatifs en forte progression

par HK - un mois

Une étude publiée par Xerfi et intitulée « Le marché et la distribution de loisirs créatifs - Innovations, communautés virtuelles, percée des acteurs non spécialisés : analyse et perspectives du marché à l’horizon 2018 » révèle que le secteur se p...

Informations clés

  • Crée le: 18/08/13 02:00

Les franchises qui recrutent