Se former, une nécessité

Souvent perçue comme une contrainte  par les chefs d'entreprise, la formation s'avère en réalité une nécessité pour faire évoluer leur entreprise, s'approprier de nouvelles méthodes de travail, développer de nouvelles compétences.
Se former tout au long de sa vie professionnelle n'est pas réservé exclusivement aux salariés. Les travailleurs indépendants peuvent également accéder à la formation professionnelle continue.
Devant le nombre d'offres proposées, il est nécessaire de déterminer précisément le type de formation visé : gestion, bureautique, technique, commercial, juridique... Et de savoir bien choisir, en fonction du niveau de qualification recherché, de la durée du stage, de la périodicité : trois jours consécutifs, tous les lundis du trimestre..., du lieu de formation et bien évidemment de son coût.
Ensuite, ou en même temps, il s'agit de choisir l'organisme de formation. De nombreuses formations de courtes, moyennes ou longues périodes sont proposées par des organismes tels que les chambres de commerce et d'industrie, chambres de métiers et de l'artisanat, écoles de commerce, universités, organismes de formation professionnelle... Leurs coordonnées sont référencées sur plusieurs annuaires ou sur les sites mêmes de ces organismes.
Vous pouvez contacter également les centres de gestion agréés, les séances de formation font partie des prestations accordées aux adhérents des centres de gestion. Leur coût est bien souvent intégré dans l'adhésion annuelle au CGA. Il existe de plus des associations de gestion agréées. Ces associations s'adressent aux professions libérales (catégorie des bénéfices non commerciaux) exerçant en entreprise individuelle ou en société soumise à l'IR. Tout comme les CGA, elles proposent à leurs adhérents des formations adaptées aux besoins des TPE. Les syndicats, fédérations et organisations professionnelles organisent de nombreuses formations destinées à leurs adhérents.
Pour financer votre formation, en tant que dirigeant vous bénéficiez du statut de TNS (Travailleur non salarié)et  participez obligatoirement au financement des formations, par le versement d'une contribution spécifique formation à un organisme collecteur habilité par l'État. Le montant de cette contribution varie selon l'activité principale du travailleur. Elle est recouvrée en une seule fois. Les contributions versées sont mutualisées et gérées par les Fonds d'assurances formation (FAF). En contrepartie du versement de leur contribution, les travailleurs indépendants peuvent obtenir le financement total ou partiel de leur formation auprès de leur FAF. Grâce au code NAF délivré par l'INSEE lors de l'inscription de votre entreprise vous pourrez découvrir le FAF dont vous relevez. La grande majorité des entreprises dépendent de 3 fonds d'assurance formation : l'Agefice concerne les dirigeants non salariés du commerce, de l'industrie et des services, le FIFPL vise les travailleurs indépendants exerçant une activité libérale, le Fonds d'assurance formation des chefs d'entreprise inscrits au répertoire des métiers pour les artisans non salariés.
D'autres fonds d'assurances spécifiques existent. Chaque fonds d'assurance détermine les conditions de prise en charge des formations. Le travailleur indépendant, mais également son conjoint, collaborateur ou associé, peut faire financer  son stage par le FAF. Obligatoirement avant le début de la formation, il faut retirer un dossier auprès de votre FAF et le déposer dûment rempli, accompagné des pièces justificatives. En règle générale, le dépôt s'effectue au moins un mois avant le commencement du stage. Le contenu du dossier et les pièces à fournir varient d'un FAF à un autre. Le délai de réponse est de 4 à 8 semaines.
Dominique Deslandes

Articles similaires

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - 6 jours

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 3 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - 4 mois

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Informations clés

  • Crée le: 16/03/08 01:00

Les franchises qui recrutent