En cas de difficultés : la procédure de sauvegarde

On connait bien la liquidation et le redressement judiciaires mais il est également possible de recourir à une procédure collective moins traditionnelle…. Depuis 2005 la procédure de sauvegarde devient de plus en plus fréquente. Elle permet à une entreprise d'organiser son redressement afin d'éviter la cessation de paiements. Elle repose sur la volonté des dirigeants de prendre des mesures préventives avant d'en arriver aux solutions plus extrêmes.

Le plan de sauvegarde permet de durer

Deux conditions sont nécessaires : D'abord les difficultés de l'entreprise doivent être sérieuses, ce sera au tribunal de s'en assurer. Ensuite le débit ne doit pas avoir conduit à la cessation de paiement.
Il s'agit d'une situation difficile mais la sauvegarde doit apparaitre comme une mesure volontariste qui permet au débiteur de proposer un administrateur désigné par le tribunal. Durant la période d'observation, il sera à l'abri des créanciers. Cette protection vaut également pour ses garants. Il bénéficie de plus de la levée d'une éventuelle interdiction d'émettre des chèques.
La sauvegarde est une procédure collective, ainsi l'administration détient des pouvoirs qui de fait signifient une perte d'indépendance pour le dirigeant. Il s'agit dans ce cas d'entreprises qui emploient plus de 20 salariés et ont un chiffre d'affaires supérieur à 3 millions d'euros.
Les jugements relatifs à cette procédure sont publiés au registre du commerce et des sociétés. Le jugement d'ouverture désigne les acteurs de la procédure. Les formalités d'inventaire sont confiées au débiteur. Les principes habituels sont appliqués pour préserver l'entreprise.
Durant la période d'observation, l'entreprise doit informer l'administrateur des résultats de son activité. Le tribunal a tout pouvoir pour arrêter le plan de sauvegarde.
Lire aussi notre articles sur les recours juridiques pour sauver votre entreprise

Articles similaires

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - un mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - 3 mois

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Publication du décret relatif à l’instance de dialogue social

par HK - 3 mois

Le décret d’application de la loi travail relatif aux modalités de l’instance de dialogue social vient de paraître. Rappelons que l’instance en question fait partie des dispositions de la loi El Khomri et qu’elle porte sur la représentation du per...

Informations clés

  • Crée le: 28/05/14 07:23

Les franchises qui recrutent