Une amorce de reprise économique au 2ème trimestre 2009

Après 4 trimestres en négatif, les mois d'avril, mai et juin 2009 ont montré des signes encourageants en France, en Allemagne (plus 0,3%) et au Japon (plus 0,9%). Idem en chine, en Inde, en Indonésie et au Brésil où la croissance sans être passée en dessous de zéro avait beaucoup ralenti 
D'autres signes positifs : à la bourse, le Dow Jones  et le CAC 40 se sont bien repris. Le CAC 40 se situait fin juillet à son niveau de novembre 2008 après une chute spectaculaire ;

Evidemment pas de quoi crier victoire. Certains pays comme l'Espagne et Le Royaume Uni ne montrent aucun signe de reprise, si mimine soit-il. Quant en Europe de l'Est et en Russie, seule la Pologne n'est pas trop touchée.
En France, c'est la prime à la casse dans l'automobile et l'inflation très faible qui ont permis  cette éclaircie mais dans les autres secteurs, l'avenir reste incertain. Aucune visibilité  à long terme qui permette de se projeter et d'embaucher. Le chômage est de nouveau reparti à la hausse après une baisse en juin. Pour les produits textiles (habillement, linge de maison), les commandes se font attendre et le spectre de la grippe s'ajoute à l'attentisme des décideurs. La reprise ne se fera pas de façon linéaire mais avec des hauts et des bas.
Les Etats-Unis ne sont plus les moteurs de l'économie mondiale : leur consommation qui était axée sur le crédit et dont on a pu constater les errances et les limites est en baisse. Le consommateur américain échaudé par la crise financière a changé ses habitudes et fait moins appel au crédit donc achète moins. Seules des exportations en augmentation permettront aux USA d'avoir une balance économique équilibrée.
Exporter mais à qui ? C'est l'Asie et la chine qui permettront de sortir de la crise mondiale . En d'autres termes, il leur faut importer et consommer et ne pas seulement produire et exporter. De plus, pour relancer la machine, il est nécessaire de développer encore plus les échanges entre tous les pays et ne pas succomber au protectionnisme qui bloque le marché mondial.
Vu dans le journal du textile

Articles similaires

Le Maroc, un marché attractif pour les investisseurs et franchiseurs étrangers

par DM - 25 jours

Grâce à ses atouts géographiques, à sa politique dynamique et à son environnement économique stable, le Maroc connaît une dynamique qui ne cesse de croître et les franchiseurs français devraient en profiter davantage

Innovation en magasin : Américains vs Européens, quelles différences ?

par HK - un mois

En Europe comme aux Etats-Unis, les magasins innovent afin d’offrir à leurs visiteurs une expérience client améliorée. Caisses automatiques, Wifi gratuit, Click & Collect, réalité virtuelle… le fournisseur de terrains et solutions d'enquêtes en li...

Exporter un concept de franchise à l'étranger, oui mais...

par Audrey Caudron - 3 mois

Quand on est franchiseur et qu'on a une franchise qui marche bien, la tentation de l'exporter est grande. Si ce choix implique un investissement financier certain, il suppose surtout une réflexion élaborée et une véritable phase d'analyse.

Informations clés

  • Crée le: 12/09/09 02:00

Les franchises qui recrutent