Les Français font du recours aux services à domicile une évidence

Dans un communiqué diffusé début janvier, l'Agence nationale des services à la personne (ANSP) annonçait que la perte de l'autonomie devenait la première crainte de la majorité des Français. Ce constat était révélé en octobre dernier à l'occasion d'un colloque co-organisé avec le Conseil économique, social et environnemental (CESE) pour débattre avec l'ensemble des acteurs du secteur sur les réponses à apporter au défi de la perte d'autonomie. Il venait confirmait que pour les Français, le recours aux services à domicile est une évidence.

En effet, selon un sondage réalisé par l'institut Ipsos, la perte d'autonomie est la première crainte des Français

Llorsque ceux-ci pensent « au fait de vieillir », avec 56%, devant « le manque d'argent » (29%) et « la solitude, l'isolement » (13%). Cette hiérarchie est partagée par l'ensemble des catégories sociologiques, y compris les plus jeunes.
A cette crainte s'ajoute un relatif degré d'impréparation. Seuls 15% des Français estiment qu'ils seraient « facilement » en mesure de faire face à la perte d'autonomie d'un de leurs proches ou d'eux-mêmes. Les deux tiers d'entre eux (68%) pensent pouvoir y faire face, « mais avec des difficultés ». Enfin près d'un Français sur cinq (16%) se déclare dans l'impossibilité complète de faire face à une situation de dépendance.
Le recours aux services à domicile est donc perçu comme une évidence. En effet, neuf Français sur dix (90%) feraient appel à un intervenant à domicile s'il se trouvait dans une situation de dépendance : 44% « très certainement », 46% « probablement ». Là encore, le recours déclaré à un intervenant à domicile va au-delà des clivages sociaux : jeunes comme moins jeunes, foyers aisés comme foyers moins aisés, habitants des grandes agglomérations comme habitants des zones rurales font de l'intervenant à domicile un recours a priori largement indispensable pour faire face à une situation de ce type.
Mais attention, si le recours à un service à la maison est évident, les Français manifestent également un fort degré d'exigence ! L'analyse est sans appel  : pour les personnes potentiellement concernées par le recours à un intervenant à domicile, la « qualité de la prestation » (35%) ou encore « l'expérience de l'intervenant » (25%) sont les deux premiers critères mis en avant, sensiblement devant le coût de la prestation (11%) ou encore la proximité géographique de l'intervenant (9%).
Cette étude ne devrait pas laisser les franchises de services à la personne (voir liste) indifférentes. Elles devraient largement les conforter dans leurs efforts d'amélioration et de recherche d'une qualité optimale !

Voir aussi les vidéos sur les franchises de service à la personne 

Articles similaires

2016, une année forte pour le secteur de l'immobilier

par MA - 12 jours

L'année 2016 a été une année fructueuse pour l'immobilier qui a notamment enregistré une hausse de 11 % dans le secteur de la vente des logements anciens. Cette belle reprise du marché serait due à des taux d'emprunts historiquement bas et des pri...

La Silver Economy pour répondre aux besoins des Seniors

par Martine Malaterre - 16 jours

La Silver Economy se définit comme la réponse à des besoins d’une population qui vieillit. Un Français sur trois aura plus de 65 ans en 2020.

Fidéliser le client qui réclame

par Deslandes Dominique - 18 jours

Un client qui exprime son mécontentement est souvent une personne qui montre son attachement à une enseigne. Il est toujours possible d'avoir à affronter des clients insatisfaits, ce n'est pas une catastrophe, sauf si la colère augmente à votr...

Informations clés

  • Crée le: 02/05/11 02:00

Les franchises qui recrutent