Les Français font du recours aux services à domicile une évidence

Dans un communiqué diffusé début janvier, l'Agence nationale des services à la personne (ANSP) annonçait que la perte de l'autonomie devenait la première crainte de la majorité des Français. Ce constat était révélé en octobre dernier à l'occasion d'un colloque co-organisé avec le Conseil économique, social et environnemental (CESE) pour débattre avec l'ensemble des acteurs du secteur sur les réponses à apporter au défi de la perte d'autonomie. Il venait confirmait que pour les Français, le recours aux services à domicile est une évidence.

En effet, selon un sondage réalisé par l'institut Ipsos, la perte d'autonomie est la première crainte des Français

Llorsque ceux-ci pensent « au fait de vieillir », avec 56%, devant « le manque d'argent » (29%) et « la solitude, l'isolement » (13%). Cette hiérarchie est partagée par l'ensemble des catégories sociologiques, y compris les plus jeunes.
A cette crainte s'ajoute un relatif degré d'impréparation. Seuls 15% des Français estiment qu'ils seraient « facilement » en mesure de faire face à la perte d'autonomie d'un de leurs proches ou d'eux-mêmes. Les deux tiers d'entre eux (68%) pensent pouvoir y faire face, « mais avec des difficultés ». Enfin près d'un Français sur cinq (16%) se déclare dans l'impossibilité complète de faire face à une situation de dépendance.
Le recours aux services à domicile est donc perçu comme une évidence. En effet, neuf Français sur dix (90%) feraient appel à un intervenant à domicile s'il se trouvait dans une situation de dépendance : 44% « très certainement », 46% « probablement ». Là encore, le recours déclaré à un intervenant à domicile va au-delà des clivages sociaux : jeunes comme moins jeunes, foyers aisés comme foyers moins aisés, habitants des grandes agglomérations comme habitants des zones rurales font de l'intervenant à domicile un recours a priori largement indispensable pour faire face à une situation de ce type.
Mais attention, si le recours à un service à la maison est évident, les Français manifestent également un fort degré d'exigence ! L'analyse est sans appel  : pour les personnes potentiellement concernées par le recours à un intervenant à domicile, la « qualité de la prestation » (35%) ou encore « l'expérience de l'intervenant » (25%) sont les deux premiers critères mis en avant, sensiblement devant le coût de la prestation (11%) ou encore la proximité géographique de l'intervenant (9%).
Cette étude ne devrait pas laisser les franchises de services à la personne (voir liste) indifférentes. Elles devraient largement les conforter dans leurs efforts d'amélioration et de recherche d'une qualité optimale !

Voir aussi les vidéos sur les franchises de service à la personne 

Articles similaires

Ouvrir un terminal de cuisson en franchise

par MA - 11 jours

Il faut bien faire la différence entre boulangerie et terminal de cuisson. Voyons dans cet article le marché et ses tendances et l'avantage d'ouvrir un terminal de cuisson. Nous prendrons comme exemple la référence de ce marché, la franchise La Mi...

Franchise + Fenêtre = Opportunité sur un marché en croissance

par JC - 16 jours

Le marché de la fenêtre affiche des chiffres en hausse l'année dernière. Il constitue donc une opportunité de développement pour les entrepreneurs qui veulent lancer leur projet. Cependant, il est préférable de rejoindre un réseau plutôt que de dé...

Ce que vous devez savoir sur le métier de courtier

par MA et JS - un mois

Profil du courtier qu'il soit franchisé, salarié ou entrepreneur isolé Le courtier se charge d'analyser le besoin de son client afin de lui trouver l'offre la plus adaptée sur le marché en respectant son budget. Il devra rentrer en négociation si...

Informations clés

  • Crée le: 02/05/11 02:00

Les franchises qui recrutent