L'avenir des soldes flottants toujours en attente de décision du gouvernement

Le dispositif des soldes flottants instauré en 2009 qui permettait aux commerçants de faire des soldes pendant deux semaines en dehors des périodes fixes de fin de saison n'en finit pas de faire débat. C'est surtout l'habillement qui monte au créneau sachant que le secteur représente 70% des ventes en période de soldes et qui demande en grande majorité leur suppression.
La table ronde qui devait avoir lieu entre les professionnels et la ministre du commerce fin février a été repoussée à une date ultérieure non encore définie.

Un dispositif qui n'a pas montré son efficacité

Il devait permettre d'accroitre le pouvoir d'achat des consommateurs suite à la flambée des matières premières sur le textile et d'accentuer la concurrence et donc la consommation. Il n'a pas rempli ses objectifs d'après les deux études commanditées par les pouvoir public à l'IFM et au Credoc. Côté client, entre les promotions, les soldes flottants et les soldes fixes, les consommateurs sont perdus et ne savent pas s'ils achètent en solde ou en promotion sachant que les soldes permettent de vendre à perte et donc de pratiquer normalement des prix encore plus bas. Une confusion qui jette le discrédit sur la filière, les clients ne sachant plus quel est le prix normal et ont toujours l'impression d'être trompé.
Côté professionnel, certains l'ont expérimenté une saison puis ont fait machine arrière, d'autres ont purement et simplement décidé de ne pas utiliser ce dispositif pour ne pas gêner leur clientèle habituée à des rythmes promotionnels qui ne peuvent être assimilés à des soldes.

Une remise à plat du système global des réductions

Entre les soldes fixes et flottants, les prix promotionnels, les ventes privés, c'est tout le système de réductions de prix qui mériterait d'être mis à plat et repensé. Les commerçants rognent de plus en plus sur leur marge pour offrir des promotions toute l'année face à la concurrence, les clients se sont peu à peu habitués à n'acheter qu'en prix réduit et cela n'est pas imputable uniquement à la crise mais à une escalade des réductions . Les clients n'achètent plus un produit mais une réduction. Résultat, ils consomment moins et moins cher (effet totalement inverse de ce qui était recherché) et pervertit le système ; des commerçants gonflent leurs prix en début de saison pour pouvoir rapidement faire des réductions…..et conserver leur marge, bref rien de très sain.
La balle est maintenant dans le camp des politiques mais qui semble-t-il, n'ont pas mis ce sujet à l'ordre du jour dans les prochains mois. A suivre.

La rédaction vous conseille cet article : La règlementation sur les soldes

Articles similaires

Services à la personne : les avantages accordés par la loi de finances 2017

par HK - 3 mois

Un communiqué de presse d’Age d’Or Expansion S.A., franchiseur du réseau Age d’Or Services, détaille les nouveautés de la loi de finances 2017 : avantage fiscal étendu pour le recours aux services à la personne, augmentation du CICE et baisse de l...

RSI, cotisations: ce qui change pour l’entrepreneur indépendant dès le 1er de l’an 2017

par Sonia Tajouri - 3 mois

Le fonctionnement même du RSI change. Les assurés ne vont pas forcément s'en rendre compte car il s'agit surtout d'un changement mais cela permet de clarifier en interne une organisation bien complexe. La désignation d'un responsable unique du rec...

Quelles clauses dans un contrat de franchise ?

par HK - 3 mois

La rédaction du contrat doit faire l’objet d’une grande attention afin que ses clauses soient en harmonie avec les exigences françaises et européennes en matière de concurrence. Voici ce en général les clauses d'un contrat de franchise.

Informations clés

  • Crée le: 19/04/13 02:00

Les franchises qui recrutent