La rupture conventionnelle : une séparation amiable

Il s'agit de la nouvelle procédure pour rompre simplement un contrat entre employeur et salarié, elle est mise en place depuis l'été 2008.

Une procédure simple

Cette procédure connaît un vrai succès... La rupture amiable concerne tous les contrats à durée indéterminée, même si le salarié a un statut protégé. Seuls en sont exclus les contrats passés dans le cadre d'un accord collectif de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences ou d'un plan de sauvegarde de l'emploi.

 La loi n'impose aucun calendrier de négociation mais il semble préférable de prendre le temps de bien régler les modalités de la rupture. Lors des rencontres, employeurs et salariés peuvent être assistés. C'est le salarié qui a l'initiative : s'il décide de se faire accompagner par exemple par un représentant du personnel, alors l'employeur peut également choisir quelqu'un pour l'assister.
Cette négociation débouchera sur l'écriture d'une convention prévoyant le montant de l'indemnité de rupture, de la date effective, mais il n'est pas demandé d'en préciser les motifs. Après signature, il est prévu un délai de rétractation de 15 jours calendaires.
Ce délai terminé, employeur et salarié doivent faire une demande d'homologation auprès de la Direction du travail, il s'agit d'un document administratif à remplir par les deux parties, il est différent pour les salariés protégés.  L'administration dispose alors de quinze jours ouvrables pour se prononcer. Sans réponse, l'homologation est acquise. C'est la condition nécessaire pour que la rupture conventionnelle soit validée et pour que le salarié puisse s'inscrire au chômage.
La rupture prend effet au plus tôt le lendemain de l'homologation, aucun préavis n'est prévu. Les deux parties peuvent éventuellement contester cette rupture amiable dans les douze mois, en s'adressant au Conseil des Prud'Hommes.

Sur le même thème, la rédaction vous conseille cet article : La rupture conventionnelle : un outil au service des salariés et des chefs d'entreprise
Dominique Deslandes

Articles similaires

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - un mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - un mois

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Publication du décret relatif à l’instance de dialogue social

par HK - 2 mois

Le décret d’application de la loi travail relatif aux modalités de l’instance de dialogue social vient de paraître. Rappelons que l’instance en question fait partie des dispositions de la loi El Khomri et qu’elle porte sur la représentation du per...

Informations clés

  • Crée le: 08/03/09 01:00

Les franchises qui recrutent