Un code du travail en principe simplifié

Depuis le mois de mai dernier, le code du travail a été relooké, huit parties au lieu de quinze, mais un nombre d'articles qui a doublé. Il s'agit désormais de se repérer dans les nouvelles réglementations.
En fait le code n'a pas subi de réelles transformations, juste quelques ajustements. L'idée était de dépoussiérer le petit livre rouge : résultat 3 652 articles contre 1 891 dans la version précédente.

Principaux changements

Certes les fondements remontaient à 1973 et, depuis, les nouvelles lois s'étaient accumulées. La combinaison des numérotations à trois chiffres arrivait à saturation. Ainsi une numérotation à quatre chiffres vient d'être adoptée. Le plan du code a été entièrement revu, les huit parties thématiques permettent de mieux se repérer : emploi, relations individuelles, santé et sécurité au travail, par exemple.
Le principe a été retenu d'une idée par article. Les différenciations entre décrets passés en Conseil d'Etat, décrets simples ou arrêtés sont supprimées. Des articles trop longs ont été abrégés et d'autres, carrément dépassés, sont supprimés. Certaines lois parues au Journal Officiel depuis longtemps ont été intégrées.
De plus on a supprimé les redondances avec d'autres codes et 500 articles qui relèvent de la partie législative ont été transférés vers le réglementaire. Cette dernière mesure a pour conséquence de permettre leur modification sans passer par le parlement, un décret suffira à effectuer un changement... Ce qui suscite quelques réactions défavorables.
Enfin certains changements dans le vocabulaire employé marquent aussi des volontés politiques : le mot employeur remplace l'expression chef d'établissement par exemple, ce qui n'est pas exactement la même notion. En revanche il est clair que remplacer embauchage par recrutement ou congédiement par licenciement s'imposait.
Dominique Deslandes

Articles similaires

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - 1 jour

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 3 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - 4 mois

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Informations clés

  • Crée le: 02/09/08 02:00

Les franchises qui recrutent