Mettre à l'abri sa résidence principale

Lorsqu'on est entrepreneur individuel voilà une précaution intéressante qui nécessite de se rendre chez le notaire.

Souvent la différence entre les dirigeants d'entreprise et les entrepreneurs individuels tient au fait que l'exploitation individuelle ne permet pas de séparer le patrimoine affecté à l'exploitation de l'entreprise du patrimoine familial de l'entrepreneur. Pour éviter qu'une résidence familiale puisse servir de gage aux créanciers professionnels la première loi Dutreil a offert aux exploitants individuels la possibilité de rendre leur résidence principale insaisissable.

Toutes les personnes immatriculées à un registre de publicité légale à caractère professionnel ou exerçant une activité professionnelle indépendante peut rendre insaisissable sa résidence principale. Même les agriculteurs sont concernés tout autant que les artisans, les professions libérales, les agents commerciaux, les exploitants individuels et les commerçants. Cette mesure ne bénéficie cependant pas aux chefs d'entreprises exploitées sous forme de sociétés à responsabilité limitée : SA, SAS, SARL.

La déclaration d'insaisissabilité joue à l'égard des créances professionnelles et concerne le logement dans lequel est fixée la résidence principale du déclarant, qu'il s'agisse de droits en pleine propriété, en jouissance ou en nue propriété, que l'immeuble soit un bien propre, commun ou encore indivis. Cela nécessite de respecter un certain formalisme : déclaration chez le notaire, avec une description détaillée de l'immeuble. Ensuite elle doit faire l'objet de publicité en particulier au bureau des hypothèques mais également sur le registre de publicité légale. Le déclarant doit justifier qu'il a informé son conjoint des conséquences de son activité professionnelle sur les biens communs.

Si le logement déclaré est revendu, le prix de vente doit être réemployé dans le délai d'un an pour acquérir la nouvelle résidence principale afin de maintenir l'insaisissabilité, à hauteur des sommes réemployées.

Parfois l'insaisissabilité de la résidence du créateur d'entreprise peut rendre les financeurs réticents. Il faut savoir qu'il est possible de renoncer à cette décision également sous acte notarié.

Dominique Deslandes

Articles similaires

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - 3 jours

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 3 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - 4 mois

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Informations clés

  • Crée le: 27/05/08 02:00

Les franchises qui recrutent