Procos souhaite généraliser l'ILC pour les loyers commerciaux

L'association Procos, fédération pour l'urbanisme et le développement du commerce spécialisé regroupe les enseignes pour les conseiller dans leurs implantations et les aider dans leur développement aux mutations de la société. Procos représente 260 enseignes du commerce spécialisé. Dans un communiqué elle redemande qu'un seul indice (l'ILC ou Indice des loyers commerciaux) soit obligatoire au lieu des 2 en vigueur (l'ILC et l'ICC). Les réseaux de franchise sont confrontés à ce choix pour leur implantation en centre commercial ou en centre-ville.

 deux indices pour les loyers commerciaux

Un quart des loyers de centre-ville du commerce organisé sont sous le régime de l'ILC et à peine 10 % pour le commerce indépendant.  La LME de 2008 a créé ce nouvel indice pour fixer le montant des loyers commerciaux afin de modérer la hausse des loyers : c'est l'ILC (Indice des loyers commerciaux), celui-ci faisant suite à l'ICC (Indice du coût de la construction).
Ce nouvel indice est structuré comme suit : 50 % de l'indice des prix à la consommation (IPC), 25 % de l'indice des prix de la construction neuve (ICC)et 25 % de l'indice du chiffre d'affaires du commerce de détail (ICA).

L'application de cet indice n'est pas une obligation, et ne peut être choisi, comme alternative à l'ICC, que si bailleur et locataire y sont favorables
. A noter que Les bailleurs institutionnels de centres commerciaux et de parcs périphériques appliquent l'ILC dans leurs baux mais que celui-ci est très peu appliqué en centre ville. Les propriétaires fonciers, bailleurs isolés conseillés par leurs notaires refusent globalement le nouvel indice.

Objectif : ajuster le chiffre d'affaires au loyer commercial

L'immobilier pèse de plus en plus dans l'équilibre des enseignes qui doivent faire des ajustements en termes de surface par rapport à un chiffre d'affaires qui peine à progresser.
Le Panel Procos qui représente une cinquantaine d'enseignes affiche un moins 0,6% des ventes de janvier à aout. Textile femme et équipement de la maison sont en négatif, l'enfant, l'homme, le sport, la beauté et l'alimentaire restent en positif mais  progressent peu. Ces chiffres sont le reflet d'une consommation en recul qui oblige les têtes de réseaux à faire des arbitrages chiffre d'affaires/loyer commercial.
Chaque m2 doit être rentabilisé d'où de nombreuses mutations pour trouver la bonne taille de magasin et assurer la marge avec un chiffre d'affaires stagnant.

Articles similaires

La FNAIM s’engage pour la revitalisation des centres-villes

par ST - un mois

Réunis à Saint-Malo, quelque 90 adhérents de la FNAIM ont partagé leur expérience sur la location et la vente de biens commerciaux. Plus qu’une occasion de se rencontrer, l’évènement a permis d’avancer des propositions pour la redynamisation des a...

De l’importance de l’emplacement pour réussir en franchise

par Martine Malaterre - 5 mois

Un concept de franchise ne réussira que s’il s’implante là où ses clients potentiels sont les plus nombreux. Une évidence peut-être mais dont il faut tenir compte quand on se lance car au-delà de la pertinence de l’enseigne sur son marché, s’insta...

Définir ma zone de chalandise

par Dominique Deslandes - 6 mois

Vous devrez vous intéresser à la zone géographique qui sera impactée par l'ouverture de votre point de vente. Certains critères sont à vérif...

Informations clés

  • Crée le: 21/11/12 01:00

Les franchises qui recrutent