La nouvelle taxe professionnelle s'appelle CET

Les exonérations permanentes de CET sont accordées de plein droit sans intervention des collectivités locales. La taxe professionnelle est supprimée depuis le 1er janvier 2010 et remplacée par la contribution économique territoriale (CET) composée de la cotisation foncière des entreprises (CFE) et de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE).

Beaucoup d'activités concernées par cette exonération

Ainsi sont exonérées certaines activités industrielles et commerciales telles que : éditeurs de publications périodiques. agences de presse agréées, Scop si plus de 51 % du capital est détenu par les salariés associés, vendeurs à domicile indépendants (VDI) s'ils perçoivent une rémunération inférieure à 16,5 % du plafond annuel de la sécurité sociale.
Sont exonérés également : les artisans exerçant leur activité en entreprise individuelle ou en EURL, qui pratiquent une activité où le travail manuel est prépondérant, travaillent seuls ou avec le concours d'une main-d'oeuvre familiale (époux, partenaire d'un Pacs, enfants, gendres et belles-filles) ou d'apprentis sous contrat. en sont exclus les bouchers, charcutiers et boulangers.
Les chauffeurs de taxis ou d'ambulances, les pêcheurs, les coopératives d'artisans et les sociétés coopératives maritimes peuvent continuer à bénéficier de cette exonération. Il en est de même pour les sociétés ou organismes agricoles, les peintres, sculpteurs, graveurs, dessinateurs ne vendant que le produit de leur art, les professeurs de lettres, sciences et arts d'agrément s'ils ne possèdent pas d'établissement ouvert au public.
mais aussi les sages-femmes et gardes-malades.
L'exonération ne s'applique pas aux activités industrielles ou commerciales exercées par les agriculteurs telles que : l'exploitation d'un centre équestre, les travaux agricoles pour le compte de tiers, la vente ou la transformation de produits ne provenant pas de leur exploitation.
Elle concerne en revanche les établissements privés d'enseignement respectant les programmes publics et reconnus par l'Etat.

N'hésitez pas à consulter d'autres actualités sur la réglementation des affaires en franchise

Articles similaires

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - un mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - un mois

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Publication du décret relatif à l’instance de dialogue social

par HK - 2 mois

Le décret d’application de la loi travail relatif aux modalités de l’instance de dialogue social vient de paraître. Rappelons que l’instance en question fait partie des dispositions de la loi El Khomri et qu’elle porte sur la représentation du per...

Informations clés

  • Crée le: 10/01/11 01:00

Les franchises qui recrutent