CDEC : Les lois Royer et Raffarin modifiées

Un texte transmis au Conseil d'Etat début avril 2008 modifie certains aspects des lois Royer puis Raffarin concernant l'urbanisme commercial et intéressant largement le monde de la franchise.
Concrètement, on peut davantage parler d'aménagements que de changements profonds du texte initial :
1 – La modification du nom des commissions d'équipement commercial qui, départementales ou nationales (Cdec ou Cnec), deviennent des commissions d'aménagement commercial (Cdac ou Cnac).
2 – La division des délais par deux : de quatre mois, l'instruction tombe à deux et, de deux mois, le recours chute à un.
3 – La qualité urbanistique des projets remplace les tests économiques (densité commerciale et zone de chalandise), qui disparaissent au profit du développement durable, des espaces verts et de la protection de l'environnement.
4 – La composition de la commission départementale est modifiée : outre qu'un conseiller régional et qu'un conseiller général entrent dans la commission passant de six à huit membres, très majoritairement politiques, trois « personnalités qualifiées » en matière de consommation, d'urbanisme, e développement durable ou d'aménagement du territoire y font leur entrée.
5 – Le seuil des surfaces soumises à autorisation remonte de 300 à 1000 m2 (alimentaire compris).
6 – « Activité » remplace « secteur d'activité » : la concurrence est restreinte au produit, par souci de loyauté. Pratiquement, la chaussure, la lingerie, le prêt-à-porter remplacent l'équipement de la personne, trop général.
7 – Les enseignes doivent, à partir de 300 m2 (jusque-là, on s'en tenait aux 2000 m2 et plus), être désignées dans les projets.
8 – Le plafond des regroupements de surfaces dispensées d'autorisation passe de 1000 à 2500 m2, sauf pour l'alimentaire dont la barre qui était de 300 m2 n'est pas indiquée.
9 – Les pharmacies (exemptées depuis 96), les concessions automobiles (qui l'étaient jusqu'à 1000 m2), les commerces de motocycles (qui n'ont jamais été concernés) sont expressément exclus du champ d'application de la loi. La restauration le reste.
10 – Les recours abusifs sont « torpillés » : tout recours contentieux à la saisine préalable (« obligatoire ») de la Commission nationale est conditionné.

Articles similaires

Nouvelles règles pour le licenciement économique

par Martine Malaterre - 7 jours

Depuis le 1er décembre, deux nouveaux motifs économiques reconnus par la jurisprudence sont applicables dans le cadre d'un licenciement  économique: la réorganisation de l'entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité et...

La caution personnelle

par Dominique Deslandes - 9 jours

Celui qui se rend caution d'une obligation se soumet envers le créancier à satisfaire à l'obligation de rembourser, si le débiteur n'y satisfait pas lui-même. ...

Cession de réseau : quel impact sur les franchisés ?

par HK - un mois

Lorsqu’un franchisé adhère à un réseau, il ne pense souvent pas à l’éventualité du rachat de l’enseigne franchiseur par une autre entité. Il devrait pourtant, car une telle opération pourrait le concerner directement. Point de vue ...

Informations clés

  • Crée le: 19/05/08 02:00

Les franchises qui recrutent