L’indépendance du franchisé reste une des bases de la franchise

Actualités & Interviews / Actualités de la franchise / L’indépendance du franchisé reste une des bases de la franchise
  • Créé le : 17/09/2012
  • Modifé le : 17/09/2012
La notion d’indépendance dans la formule de la franchise est toujours mise en avant par les réseaux. En effet, un franchisé est à la tête de son entreprise juridiquement indépendante de celle de son franchiseur. C’est d’ailleurs une des principales caractéristiques de la franchise par rapport aux autres formes de commerce. Pourtant, il ne suffit pas qu’un contrat comporte le mot de franchise pour qu’il soit juridiquement un contrat de franchise. Les tribunaux ont à trancher parfois sur cette notion et son application lorsque des franchisés en viennent à dénoncer leur « contrat de franchise » considérant que les clauses ne respectent pas cet élément essentiel.

Quand les tribunaux reconnaissent l’indépendance du franchisé

Deux arrêts de la chambre sociale de la cour de cassation ont donné raison à des franchisés et ont requalifié le contrat de franchise en contrat de travail.
Une société commercialisant des produits immobiliers d’assurance-vie et d’épargne a conclu un contrat dit de franchise et l’a résilié, reprochant à son partenaire de ne pas avoir respecté la clause d’exclusivité stipulée au contrat. Le franchisé a assigné la société devant la juridiction prud’homale et l’examen des contrats a révélé une série de clauses démontrant l’assujettissement du franchisé. Les juges d’appel ont considéré que le contrat entre le franchisé et la société comportait des clauses de subordination (faisant de celui-ci un simple agent d’exécution, sans aucune autonomie) qui en font en réalité un contrat de travail et la lettre de résiliation devient dans les faits une lettre de licenciement.
Ils ont condamné la société à verser des indemnités pour non-respect de la procédure de licenciement, sans cause réelle et sérieuse, avec rappel de salaires, de congés payés, d’indemnité de préavis et au remboursement des droits d’entrée et frais de formation indus.

Le deuxième arrêt concerne un réseau de produit de beauté. Une franchisée a saisi les prud’hommes afin de faire reconnaître l’existence d’un contrat de gérance de succursale et non de franchise selon les termes de l’article L. 7321-2 du Code du travail. (il prévoit que le gérant de succursale est une personne de vendre des marchandises fournies exclusivement par une seule entreprise, cette profession étant exercée dans un local fourni ou agréé par cette entreprise au conditions et prix imposés par cette entreprise).
La cour d’appel relève que « dans la marche commerciale de son institut de beauté, basée sur la commercialisation des produits de beauté de la marque en exclusivité, à la fois soumise aux conditions contractuelles, aux divers guides qui lui sont régulièrement fournis et aux instructions qui lui sont adressées quotidiennement, ne dispose d’aucune marge de manuvre pour exploiter l’institut de beauté dont elle a la charge et sur les prix pratiqués ». De plus en cas de violation de l’une de ses obligations, la franchisée encourait la résiliation à titre de sanction.
La Cour de cassation décide qu’il n’est pas besoin de prouver l’existence d’un lien de subordination, le seul constat de l’existence des conditions cumulatives prévues par le texte de l’article L. 7321-2 du Code du travail suffisant à rendre ce texte applicable. Les juges de la Cour de Cassation confirment la condamnation de la société au paiement d’une indemnité conventionnelle de licenciement et des dommages-intérêts en indemnisation du préjudice résultant du licenciement.

Les risques encourus par un franchiseur ne respectant pas l’indépendance du franchisé

Le franchiseur court le risque de voir le contrat requalifié en contrat de travail lorsque :

Ces deux décisions démontrent que l’indépendance du franchisé n’est pas un vain mot et qu’un contrat de franchise se doit de respecter cette clause essentielle pour mériter son nom. C’est pourquoi, il est vital pour un futur franchisé de faire étudier le contrat de franchise  remis par le franchiseur par un avocat spécialisé.

Plus de franchises
Franchise ADHAP ADHAP

Service à la personne âgée ou dépendante

Apport : 50 000€

Franchise Caséo Caséo

Fenêtre, menuiserie, store

Apport : 80 000€

Franchise AQUILUS PISCINES ET SPAS AQUILUS PISCINES ET SPAS

Piscine, Spa, Hammam

Apport : 30 000€

Franchise INTER CAVES INTER CAVES

Vin et boisson

Apport : 50 000€

Franchise Les Villas Les Villas

Agence immobilière

Apport : 20 000€

Franchise AU NOM DE LA ROSE AU NOM DE LA ROSE

Fleuriste

Apport : 40 000€

Franchise MONCEAU FLEURS MONCEAU FLEURS

Fleuriste

Apport : 70 000€

Franchise SPEEDY SPEEDY

Centre auto et Station service

Apport : 60 000€

Plus de franchises

Actualités

Depuis le 12 octobre dernier, les points de vente des réseaux Intermarché et Netto proposent à leurs clients des cartes cadeaux. Celles-ci peuvent être créditées d’un montant aux choix allant de 10 à 150 euros maximum et sont valables un an. Au total, plus de 1 835 points de vente en France proposent ces cartes […]

L'Indicateur de la Franchise

L'Indicateur de la Franchise

Malgré l’ampleur de la crise sanitaire et de ses nombreuses conséquences, l’enseigne Idésia réussit à maintenir le cap tant au niveau économique que social. En effet, en plus d’avoir conservé sa dynamique de croissance, le réseau a su rester proche de ses franchisés et de ses collaborateurs. Une stratégie de déploiement performante En dépit des […]

Plus d'actualités

Fermer le menu
×
Notre recommandation pour vous :
Norauto

Le pionnier du concept de centre auto en France

Apport : 100 000€

CA moyen : 1 300 000€

Candidater maintenant

×
Recevez chaque semaine la newsletter
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques,
conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.