Les marges arrières

Ces montants demandés par les distributeurs à leurs fournisseurs en échange de prestations réelles, telles que mise en avant des produits dans les linéaires, octroi de têtes de gondoles... mais parfois fictives, avaient été montrés du doigt.

Deux organismes, l'Association Nationale des Industries Agroalimentaires (ANIA) et la Fédération des entreprises du Commerce et de la Distribution (FCD), viennent de dresser un premier bilan six mois après avoir signé leur recommandation de geler les " marges arrières ". Premier constat, la recommandation a permis de limiter la progression en dessous de 2 %, en tout cas pour les produits couverts par l'ANIA. Or depuis plusieurs années les marges arrières n'avaient cessé d'augmenter, atteignant parfois jusqu'à 50 % du chiffre d'affaires dans les cas extrêmes.  Cet accord entre fournisseurs et distributeurs a donc permis de calmer le jeu.


Pour le reste, en particulier le bénéfice que pourrait retirer le consommateur de cette stabilisation, les deux organismes feront connaître les résultats de leurs discussions vers le mois de juin. Il s'agit d'abord de déterminer des indicateurs pour évaluer les avantages consentis au consommateur par les fournisseurs ou les distributeurs. Car a priori ils ne se traduiront pas directement par une baisse des prix mais plutôt par des promotions. L'objectif serait que chaque euro investi par le fabriquant soit redistribué au consommateur.

Vu dans les pages économiques du Figaro.


Articles similaires

Les ventes en ligne dans la franchise et le commerce associé

par MA - un mois

Le règlement d’exemption n° 330/2010 du 20 avril 2010, entré en vigueur en juin 2010 incite les opérateurs y compris les réseaux et enseignes à développer leurs activités en ligne. Dès lors qu’ils sont agréés, les distributeurs, parmi eux les fran...

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - 2 mois

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 5 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

Informations clés

  • Crée le: 27/09/03 02:00

Les franchises qui recrutent