Restructuration d'entreprises : marche arrière

Devant la colère des syndicats suscitée par son projet de loi, le gouvernement a renoncé à faciliter davantage les licenciements économiques.

Ce sont les dispositions les plus contreversées qui ont été retirées, en particulier la notion de " sauvegarde de la compétitivité économique ". Celle-ci permettait en effet aux sociétés en bonne santé économique de licencier des salariés de façon préventive. Les délais de recours ont été également revus et passent à un an dans le nouveau texte. Enfin la justice pourra encore exiger la réintégration de salariés licenciés en cas d'annulation du plan social. Le premier texte prévoyait que l'entreprise pouvait verser une prime équivalente à six mois de salaires plutôt que de réintégrer les salariés. Pour les syndicats la philosophie générale de la loi ne permet pas d'être totalement rassurés. Ainsi le gouvernement emploie un concept de " fléxisécurité " qui demande à être commenté...


Dominique Deslandes

Articles similaires

Nouvelles règles pour le licenciement économique

par Martine Malaterre - 7 jours

Depuis le 1er décembre, deux nouveaux motifs économiques reconnus par la jurisprudence sont applicables dans le cadre d'un licenciement  économique: la réorganisation de l'entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité et...

La caution personnelle

par Dominique Deslandes - 9 jours

Celui qui se rend caution d'une obligation se soumet envers le créancier à satisfaire à l'obligation de rembourser, si le débiteur n'y satisfait pas lui-même. ...

Cession de réseau : quel impact sur les franchisés ?

par HK - un mois

Lorsqu’un franchisé adhère à un réseau, il ne pense souvent pas à l’éventualité du rachat de l’enseigne franchiseur par une autre entité. Il devrait pourtant, car une telle opération pourrait le concerner directement. Point de vue ...

Informations clés

  • Crée le: 14/11/04 01:00

Les franchises qui recrutent