Des nouveautés en France pour accueillir un apprenti en entreprise

Alors que les pouvoirs publics mènent des campagnes de valorisation de la formation par apprentissage , ils se heurtent aux difficultés éprouvées par les employeurs de trouver des maîtres d'apprentissage dans les entreprises. Face à ce constat, ils viennent d'assouplir les conditions requises pour assurer cette mission.

L'apprentissage est ouvert à toutes entreprises du secteur privé permettant d'apporter des garanties de moralité et de compétence professionnelle, mais aussi l'Etat, les collectivités territoriales et leurs établissements publics administratifs. Il concerne les jeunes de 16 à 25 ans et permet aux entreprises de bénéficier d'une main d'œuvre qu'elle formera à ses méthodes. C'est un contrat de travail à durée déterminée par lequel l'employeur s'engage à assurer une formation professionnelle et complète à un jeune travailleur. La formation de l'apprenti est assurée pour partie par l'entreprise et pour partie dans un centre de formation d'apprentis (CFA). La formation doit lui permettre d'acquérir un diplôme de l'enseignement professionnel et technologique du second degré ou du supérieur, du CAP au diplôme d'ingénieur.

Nouvelles conditions pour être maître d'apprentissage

En entreprise, l'accueil d'un apprenti suppose la désignation d'un maître d'apprentissage qui s'occupera de lui en qualité de tuteur. Aujourd'hui, et c'est la nouveauté ces derniers mois, un salarié peut exercer cette fonction s'il justifie :
- soit d'un titre ou d'un diplôme d'un niveau équivalent à celui préparé par l'apprenti et d'une expérience professionnelle d'une durée d'au moins deux ans (auparavant cette durée était de trois ans) en relation avec la qualification préparée par le jeune ;
- soit d'une expérience professionnelle d'au moins trois ans (elle était de cinq ans auparavant) en relation bien sur avec la qualification préparée par l'apprenti et d'un niveau minimal de qualification déterminée par la commission départementale de l'emploi et de l'insertion ;
- soit d'une expérience professionnelle de trois ans (elle était de cinq ans auparavant) en rapport avec le diplôme ou le titre préparé par l'apprenti et d'un avis favorable de l'autorité pédagogique de référence.
Audrey, rédactrice AC Franchise

Articles similaires

Les apports en société

par DD - 3 jours

Les apports sont des biens ou des fonds que les associés mettent à la disposition de la société en vue de l'exploitation commune et en contrepartie desquels ils reçoivent des droits sociaux (parts ou actions) soumis aux aléas de la société

Devenir courtier en crédit

par DM - 12 jours

Avec un marché de l'immobilier très actif et un nombre croissant de particuliers faisant appel à un courtier, le métier a assurément de beaux jours devant lui. L'entrée en vigueur d'un nouveau cadre réglementaire en janvier 2013 a favorisé l’augme...

Régler un litige avec votre banque

par LA - 12 jours

Vous n'êtes pas d'accord avec votre banquier ? Il peut arriver qu'un différend vous oppose à votre banque comme cela pourrait se produire avec n'importe quel autre commerçant. La cause de votre mécontentement peut correspondre à un réel

Informations clés

  • Crée le: 23/02/12 01:00

Les franchises qui recrutent