Un franchisé APEF témoigne ....

Audrey, 21ans, professionnelle du service à domicile grâce au réseau de franchise APEF, un pionnier français (1992) du service à la personne. Audrey, a débuté dans ce métier il y a deux ans. Elle témoigne des rapports privilégiés qui se forment entre son travail et la personne aidée.

"C'est à la suite d'un travail au Centre Communal d'Action Sociale de Clermont Ferrand que j'ai découvert le monde des personnes âgées", introduit Audrey, très motivée par son métier. "Sentir que ce que l'on fait apporte un bienfait à la personne est vraiment gratifiant".

Il y a peu de temps qu'Audrey a démarré le métier, mais elle s'y plaît ! Titulaire d'un BEP Carrières Sanitaires et Sociales (CSS), ses études l'ont préparée à participer à la prise en charge de personnes dont l'autonomie est restreinte par l'âge, le handicap ou la maladie. Elle accompagne le patient dans les activités de la vie quotidienne. Elle dispense des soins d'hygiène corporelle, prépare, distribue et aide à la prise des repas. Elle entretient également les locaux et les équipements pour le confort des patients. Elle peut aussi animer des activités de loisir et contribuer au développement et à l'éducation d'enfants. Donc, c'est tout naturellement qu'elle y a travaillé dans l'unité des maladies d'Alzheimer ou avec des personnes nécessitant des prestations de maintien à domicile telles que l'aide à domicile, les soins à domicile, l'auxiliaire de vie ou bien encore le portage de repas, la téléassistance…

En août 2009, elle a été engagée par la franchise APEF pour s'occuper d'un homme âgé de 60 ans et hémiplégique. Dans sa mission, il y avait bien sûr faire les courses, l'assister dans sa toilette, le mettre au lit, concocter des repas, emmener cette personne chez le médecin : "Au bout d'un certain temps, une complicité s'établit. A partir de ce moment, souvent notre rôle s'élargit. C'est faire une petite sortie, aller chez le coiffeur ou au supermarché par exemple, ou évoquer des sujets d'actualité. Mais aussi écouter de la musique, jouer aux cartes ou au jeux de société, lire des livres ou le faire lire un texte, car il avait du mal à parler."

Des attitudes qui peuvent paraître anodines mais qui bien souvent rompent la solitude des personnes aidées, les encouragent à prendre plus soin d'elles ou encore font travailler leur mémoire. "J'ai également eu l'occasion de travailler en binôme auprès de cette personne. Cette expérience était aussi très intéressante. Sur le plan de l'organisation, nous nous arrangions pour établir un suivi précis de nos interventions".

Audrey travaillait tous les soirs 2 heures et les vendredis, samedis et dimanches, elle travaillait 5 heures. En tout, elle était présente au domicile de ce monsieur 23 heures par semaine. Pour compléter son temps de travail hebdomadaire auprès de la franchise APEF, elle faisait également, quelques remplacements de temps en temps et quelques heures de ménage. Audrey a été engagée pour un CDI. Son travail est rémunéré 8,86 euros de l'heure + 0,60 centimes par heure travaillée pour participation aux frais de déplacement + congés payés et prévoyance. Elle a besoin d'une voiture pour pouvoir se déplacer et travaille sur un secteur géographique correspondant à deux quartiers.

Rompre la solitude est essentiel. Cela ne s'écrit pas, ni se contractualise pas, mais cela se vit. Et ainsi, chaque jour, j'aime apporter ma bonne humeur, je fais ce que je dois faire et nous partageons ainsi plusieurs heures par semaine. Cela représente aussi une certaine forme de liberté puisqu'au fil des demandes, je constitue mon emploi du temps mais surtout je rencontre des gens formidables et fais avec eux un petit bout de vie" confiera t'elle.

Cap vers l'APEF de Marseille
Suite à un changement dans sa vie personnelle, Audrey a déménagé à Marseille. Cela n'a pas posé de problème à l'APEF ! Toutes les agences ont le même fonctionnement. Elle est toujours leur employée, mais ses tâches ont changé. Désormais, elle fait toujours des ménages et aide les personnes âgés, mais surtout elle garde un enfant après la sortie de l'école et jusqu'au retour de sa mère au domicile. Cela lui fait 80 heures par mois.

"La garde d'enfants, c'est passionnant. Répondre à leurs questions, veiller à ce qu'ils mangent bien ou qu'ils fassent leurs devoirs. L'échange est aussi fort, il ne s'agit pas d'un simple "gardiennage". A chaque cas, nous devons nous adapter et évaluer ce qu'il est possible de faire", explique Audrey. D'ailleurs, qu'il s'agisse de la garde d'un enfant ou d'une personne âgée, c'est pareil pour moi. Je suis active plutôt que passive derrière un bureau, ajoute-t-elle.

Le métier est devenu une vraie vocation
Parce qu'elles n'ont plus le temps, l'envie ou la possibilité de le faire, un certain nombre de personnes délèguent les tâches d'entretien de la maison, de la garde des enfants ou des personnes âgés. Entretenir le lieu de vie des autres, ce n'est pas faire comme chez soi. 

Intervenir chez les personnes implique donc de vraies qualités professionnelles : ponctualité, respect du lieu de vie et de l'intimité, suivi des consignes des structures et des personnes chez qui a lieu l'intervention. Il faut savoir s'adapter et souvent se débrouiller seul. L'activité ménagère se fait le plus souvent en dehors des temps de présence de la personne chez qui a lieu l'intervention. Il faut donc faire preuve d'autonomie et d'indépendance. L'assistance aux personnes âgées ou dépendantes, par contre leur permet de rester chez elles dans de bonnes conditions.

Le "Être avec" – proposition fondamentale de la franchise APEF
«J'effectue les tâches ménagères, j'aide la personne dans son quotidien. Chacun a son histoire, ses habitudes. Entrer chez une personne aidée, c'est entrer dans son intimité, il faut beaucoup de confiance de part et d'autre, chacun a sa place, mais les liens deviennent très forts avec le temps »affirme encore Audrey.

Communiqué

Articles similaires

La multi-franchise : une opportunité sous conditions

par Audrey Caudron - 7 jours

Il est tentant pour un entrepreneur en franchise de profiter de la réussite de son premier point de vente pour en ouvrir d’autres dans le mêm...

L'ancien directeur de Carrefour proximité à la tête de la Fédération de l’Epicerie et du Commerce de Proximité

par ST - 6 mois

Le commerce de proximité est représenté par le SEFAG (syndicat de l'épicerie française et de l'alimentation générale), un syndicat qui a fusionné en décembre 2015 avec la fédération du commerce de proximité pour s'installe...

LES INTERVIEWS. Franchisés, donnez votre avis !

par Jean Samper - 8 mois

ac-franchise.com vous donne la parole pour mieux informer les candidats et les aider à choisir. Faites publier vos points de vue dans LE...

Informations clés

  • Crée le: 25/05/10 02:00

Les franchises qui recrutent