Comment bien gérer son besoin en fond de roulement en respectant les règles de la LME ?

La LME (loi de modernisation de l'économie) a institué comme obligation de raccourcir les délais de paiement des fournisseurs à 45 ou 60 jours nets au lieu de 90 jours auparavant.

La grande distribution a anticipé le décalage de trésorerie de 30 jours en négociant différemment pour limiter l'impact de ce dispositif : en adoptant diverses solutions comme les stocks déportés qui obligent les fournisseurs à supporter ses stocks jusqu'à la vente ou le reverse factoring proposé par les banques ou institutions spécialisées : ce service permet de financer le décalage de trésorerie en respectant les règles de la LME. Le fournisseur est payé à 60 jours et le distributeur a un financement à 90 jours en contrepartie de frais financiers bien entendu.

Diverses solutions

Un système appelé aussi Supply Chain Finance développé par une entreprise américaine propose comme option pour le fournisseur de se financer avant les 60 jours à sa convenance. C'est la banque qui paie le fournisseur et ainsi l'acheteur peut récupérer jusqu'à 30 jours de cash flow s'il paie la banque à 90 jours.

Certains secteurs sont plus touchés que les autres :

- Le meuble et le textile face à l'augmentation des matières première : les grandes enseignes sont solides financièrement alors que les petites et moyennes entreprises sont confrontées à des problèmes de trésorerie d'autant que les établissements financiers restent frileux et que l'accès au crédit ne s'est pas assoupli.
Il est indispensable d'avoir une prévision à 3 mois du BFR (besoin en fond de roulement) ce qui permet d'identifier dans le temps les difficultés et de prévoir des solutions en amont. Il vaut mieux être en position de force pour négocier avec sa banque.
Beaucoup de chefs d'entreprise ont mis leurs difficultés de trésorerie sur le dos de la LME. Ce n'est pas tout à fait exact, pourquoi ? Ce dispositif a été appliqué en pleine crise quand les entreprises voyaient leur chiffre d'affaires baisser et ils se sont trouvés alors en difficulté de trésorerie. Or l'impact de la LME n'est qu'une composante qui a amplifié ses difficultés mais qui n'en est pas la cause principale.


N'hésitez pas à consulter d'autres 
actualités sur la réglementation des affaires en franchise

Articles similaires

Nouvelles règles pour le licenciement économique

par Martine Malaterre - 3 jours

Depuis le 1er décembre, deux nouveaux motifs économiques reconnus par la jurisprudence sont applicables dans le cadre d'un licenciement  économique: la réorganisation de l'entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité et...

La caution personnelle

par Dominique Deslandes - 5 jours

Celui qui se rend caution d'une obligation se soumet envers le créancier à satisfaire à l'obligation de rembourser, si le débiteur n'y satisfait pas lui-même. ...

Cession de réseau : quel impact sur les franchisés ?

par HK - un mois

Lorsqu’un franchisé adhère à un réseau, il ne pense souvent pas à l’éventualité du rachat de l’enseigne franchiseur par une autre entité. Il devrait pourtant, car une telle opération pourrait le concerner directement. Point de vue ...

Informations clés

  • Crée le: 06/01/11 01:00

Les franchises qui recrutent