Loi Doubin et tacite reconduction, par Yves Marot

Actualités & Interviews / Actualités de la franchise / Loi Doubin et tacite reconduction, par Yves Marot
  • Créé le : 30/07/2004
  • Modifé le : 19/02/2020

A propos de l’arrêt de la chambre commerciale de la Cour de cassation du 14 janvier 2003…

On sait que le problème est régulièrement posé de savoir si la loi Doubin est applicable en cas de tacite reconduction, d’autant plus que les juristes distinguent ce qui procède de la prorogation du terme initial du contrat et ce qui procède de la conclusion d’un nouveau contrat.
La situation s’est bien clarifiée avec cet arrêt du 14 janvier 2003 qui casse un arrêt de la Cour d’appel de Montpellier.

Un contrat était conclu pour une durée d’un an et était, chaque année, renouvelé par tacite reconduction.
La société tête de réseau soutenait que la loi Doubin n’était pas applicable en cas de reconduction tacite du contrat du fait qu’il y avait absence de signature d’un nouvel acte. On rappellera que l’article 1er de la loi Doubin dispose que l’obligation d’information est préalable « à la signature de tout contrat ». Dès lors qu’il n’y avait pas « signature », pouvait-on en conclure que la loi Doubin n’était pas applicable ? La Cour de cassation répond catégoriquement que » l’existence d’un nouveau contrat (…) fût-il la reproduction du contrat initial par tacite reconduction » crée à la charge de la société concédante l’obligation d’information résultant de la loi Doubin.
Ainsi, le débat régulièrement soulevé est désormais bien tranché. Qui plus est, par sagesse, on peut en conclure que :
– toute interprétation textuelle (telle que la discussion casuistique sur le thème « signature ») est inopérante ;
– même si la Cour parle d’un nouveau contrat, il convient de considérer que quel que soit le mécanisme appliqué, la loi Doubin est bien applicable.

Y a-t-il là revirement de la jurisprudence de la Cour Suprême par rapport à son arrêt du 10 février 1998 que nous avons commenté ici même ? Absolument pas ! La Cour d’appel de Montpellier avait prononcé la nullité des contrats sur le seul fondement du non-respect de la loi Doubin. Qui plus est, elle avait eu la précaution de rappeler que la sanction pénale figurant dans le décret du 4 avril 1991 établissait le caractère d’ordre public de la loi Doubin ; dès lors, le non-respect de la loi ne pouvait selon elle que générer la nullité.
La Cour de cassation rappelle bien au contraire que ces seuls motifs ne sauraient générer la nullité des contrats. Encore faut-il, pour qu’il y ait nullité, que le concessionnaire (ou le franchisé) établisse que le défaut d’information a vicié son consentement.

Quelle conclusion peut-on tirer de cet arrêt ?
Nous proposons les pistes suivantes :
– la loi Doubin ayant pour but de contribuer à un engagement en connaissance de cause, il est vain, pour déterminer les conditions d’application, de s’en tenir à une application textuelle de la loi et de son décret ;
– dès lors, peu importe les conditions dans lesquelles les parties poursuivent leurs relations contractuelles ;
– en conséquence, il y a lieu à application de la loi Doubin à chaque mécanisme de poursuite des relations contractuelles ;
– il nous semble conforme à la jurisprudence de la Cour Suprême que chaque nouveau dossier d’information précontractuelle puisse, le cas échéant, s’en tenir aux seuls éléments nouveaux par rapport à la situation et aux conditions qui présidaient à la poursuite précédente. Généralement, cela doit pouvoir dispenser de communiquer des informations relatives par exemple à l’entreprise franchiseur et au contrat. Par contre, les informations relatives à l’état du réseau doivent en général faire l’objet d’une actualisation.

Par Yves MAROT
Membre du Collège des experts de la FFF
Maître de Conférences associé à l’Université de Bourgogne
Publié avec l’aimable autorisation de l’auteur et de la fff

Pour en savoir plus :

1) La loi Doubin en video

2) Les textes de La loi Doubin et le décret

3) Les articles sur la loi Doubin   et  les articles sur le DIP, document d’information précontractuel

Plus de franchises

YVES THURIES – Chocolatier récoltant

Glace, Chocolat, confiserie

Apport : 50 000€

VULCO

Centre auto et Station service

Apport : 70 000€

FITNESSBOUTIQUE

Salle de sport et fitness

Apport : 50 000€

YVES ROCHER

Parfumerie et cosmétique

Apport : 30 000€

FLOWER CAMPINGS

Camping

Apport : 500 000€

LES COMPTOIRS DE LA BIO

Produits bio et naturels

Apport : 100 000€

SVELTEO

Diététique et minceur

Apport : 20 000€

COPPER BRANCH

Restauration rapide, fast food

Apport : 30 000€

Plus de franchises

Actualités
Un taux d’optimisme élevé chez les chefs d’entreprise du réseau Point S

Point S a partagé les résultats de son baromètre annuel, évaluant la confiance des chefs d’entreprise de son réseau. 89 % des adhérents se déclarent très optimistes ou optimistes pour l’avenir de leur entreprise, témoignant d’un fort niveau de confiance au sein de l’enseigne. Les franchisés Point S font confiance à leur réseau Le baromètre […]

Témoignage de Maud Le Goff, Gérante Yves Rocher à Rennes

Pour Maud Le Goff, une bretonne 100% engagée et adepte de la cosmétique végétale, intégrer le réseau Yves Rocher était une décision évidente. Aujourd’hui, elle est devenue partenaire de l’enseigne à Rennes, à la fois à Rennes Cesson et à Rennes Saint-Grégoire. « La franchise chez Yves Rocher, c’est accessible » Grâce au soutien du réseau Yves […]

Plus d'actualités

Fermer le menu
×
Notre recommandation
VULCO

Spécialiste des pneumatiques et de l'entretien des véhicules de tourisme, industriel, génie civil et agricole.

+ de 25 ans d’expérience dans la liaison au sol

En savoir plus maintenant
En quelques chiffres
  • Apport : 70 000€
  • CA moyen : 650 000€
  • Droit d'entrée : 3 500€
  • Nombre d'unités total en national : 250
En savoir plus maintenant
×
Recevez chaque semaine la newsletter
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques,
conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.