Les 8 pièges à éviter avant de s’engager avec un franchiseur

  • Créé le : 12/05/2021
  • Modifé le : 11/05/2021

Si la franchise constitue une formule d’entrepreneuriat attractif et particulièrement pertinent, toute candidature à la franchise doit se faire de manière raisonnée et réfléchie. Avant de vous lancer avec tel ou tel réseau, informez-vous au maximum, faites vos recherches et évitez de foncer tête baissée vers telle ou telle enseigne. Réseaux non expérimentés, manque de transparence, contraintes surdimensionnées, approximation des contrats, clauses à risques… Quels sont les 8 pièges (non exhaustifs) à éviter avant de vous engager avec un franchiseur ?

Les 8 pièges à éviter avant de s'engager avec un franchiseur

Avant de s’engager avec un franchiseur, une règle s’impose : enquêter sur le réseau. Sans nul doute, ce travail de recherche d’information vous évitera des déconvenues et vous permettra de vous lancer en toute connaissance de cause. Tout l’enjeu est de collecter le maximum d’éléments sur le réseau de franchise, ses valeurs, sa réussite et son concept.

Quelques conseils à garder en permanence en tête avant de se lancer

Fuyez les réseaux de franchise sans unité pilote, ni savoir-faire

Le concept et l’idée ne font pas tout. Encore faut-il qu’ils aient été testés dans une unité pilote et que la franchise bénéficie d’un savoir-faire. Vous devez par ailleurs pouvoir bénéficier d’une formation et d’une assistance technique. Autant d’éléments que vous pourrez repérer facilement à la lecture du fameux document d’information précontractuel (DIP) imposé dorénavant dans le cadre de la loi Doubin. Celui-ci doit notamment décrire de manière claire l’originalité du savoir-faire, son positionnement par rapport à la concurrence. La réussite d’un réseau de franchise est en effet liée à la capacité du franchiseur à transmettre son savoir-faire à l’ensemble de ses franchisés et à les aider individuellement via des outils adaptés (outils de reporting, d’animation, de réflexion, de formation…).
N’hésitez pas à l’interroger et à vous tourner vers les autres franchisés du réseau : quels sont les objectifs du réseau ? Quel est le rythme de développement du réseau ? De quelle manière le franchiseur permet-il aux franchisés de se démarquer ?…

Lire aussi : Quelles sont les questions à poser aux franchisés de son futur réseau ?

Ne signez pas avec un franchiseur aux droits d’entrée et redevances trop élevés

Gardez bien à l’esprit que tous les droits d’entrée et redevances payés à un franchiseur doivent être à la hauteur des services rendus. Si les montants vous semblent élevés, interrogez-vous sur la cause : s’agit-il d’un réseau peu attractif et peu rentable ?

Ne vous engagez pas avec un franchiseur trop pressé de signer

Le contrat de franchise implique une véritable relation de confiance entre un franchiseur et un franchisé. C’est la base même de cette formule qui engage les deux parties sur le long terme. Comme vu précédemment, tout engagement mérite réflexion et analyse, un franchiseur ne doit en aucun cas vous mettre la pression pour accélérer la signature du contrat. Vous devez peser le pour et le contre et pouvoir signer en toute connaissance de cause. Ce délai de réflexion, encadré par la loi Doubin, doit être égal à 20 jours minimum entre la remise du DIP et la signature.

Interrogez-vous sur ces réseaux de franchises qui se développent trop rapidement

Certains réseaux de franchise affiche une vitesse de développement étonnamment rapide pour le secteur dans lequel ils se trouvent. Ne vous laissez pas berner et gardez en tête qu’une croissance démesurée empêche souvent une prise de recul et une analyse approfondie et serein de l’activité. Par ailleurs, un développement accéléré est souvent synonyme de manque de disponibilité pour le franchiseur qui, au profit de la signature de nouveaux contrats, ne pourra pas forcément remplir ses obligations d’accompagnement au démarrage, d’assistance et de formation. Cette course au contrat peut également être préjudiciable aux contraintes logistiques et de communication.

Guettez les clauses floues dans le contrat de franchise

Un contrat de franchise décrit un certain nombre de droits et d’obligations pour les deux parties que sont le franchiseur et le franchisé. Pour éviter tout malentendu, assurez-vous de la précision des clauses du contrat. Si certains franchiseurs argumentent certaines souplesses du contrat comme gage de liberté pour le franchisé, sachez qu’au contraire il vous sera impératif de rester vigilant pour vous protéger de certains manquement à plus ou moins long terme. Il y a fort à parier que certains flottements induisent d’importantes tensions dans la relation entre le franchiseur et le franchisé en termes d’interprétation des clauses.

Lire aussi : Comment négocier les clauses d’un contrat de franchise ?

Ne vous engagez pas dans un contrat aux clauses particulièrement contraignantes pour le franchisé

A contrario, certains contrats de franchise, via des clauses particulièrement contraignantes pour le franchisé, ont tendance à déséquilibrer le contrat et à donner trop d’importance au franchiseur et à ses intérêts. Ainsi, soyez très attentif à la lecture des obligations qui vous incombent car ces celles-ci doivent répondre à une nécessité principale : s’inscrire dans un fonctionnement optimal et uniforme du réseau.

Ne signez pas un contrat de franchise à la durée particulièrement courte

S’il n’existe pas de durée déterminée en matière de contrat de franchise – sauf pour les contrats avec clause d’exclusivité d’approvisionnement qui ne peuvent excéder 10 ans -, la durée minimum d’engagement, dite « raisonnable », se situe aux alentours de 5 ans. La durée du contrat de franchise doit permettre aux franchisés de rentabiliser leur investissement et au moins de rembourser les emprunts auxquels ils ont souscrit au lancement de leur activité et l’acquisition de leur point de vente. Notez que l’article 5 du règlement communautaire du 22 décembre 1999 interdit les clauses de non-concurrence dont la durée est indéterminée ou dépasse 5 ans. Une chose est sûre : une durée inférieure à 5 ans devra est considérée comme un énorme risque pour le franchisé.

Ne vous engagez pas avec un franchiseur n’apportant pas toutes les garanties d’exclusivité

Si la plupart des contrats de franchise possèdent une clause d’exclusivité, sachez qu’il existe plusieurs types d’exclusivité et qu’il vous faudra être vigilant. La clause d’exclusivité territoriale d’implantation par exemple, qui engage le franchiseur à n’installer qu’un seul et unique point de vente sous son enseigne sur un territoire donné, peut sembler protectrice pour le franchisé. Ce n’est pas forcément le cas car les produits/services de la marque peuvent être commercialisés dans un grand magasin ou un magasin multi-marque. Autre exemple : l’exclusivité d’approvisionnement (ou clause d’achat exclusif) impose au franchisé de n’acheter que des produits vendus par le franchiseur. Elle ne protège en rien le franchisé sur sa zone géographique.

Fermer le menu
×
Notre recommandation pour vous :
Aquilus

Spécialiste de l’univers de la piscine et du spas

Apport : 30 000€

CA moyen : 800 000€

Candidater maintenant

×
Recevez chaque semaine la newsletter
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques,
conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.