Ressortissant d’un pays étranger et y importer un concept français 4/7

  • Créé le : 07/12/2020
  • Modifé le : 07/12/2020

Après un voyage en France vous avez repéré un concept qui pourrait fonctionner dans votre pays d’origine ? Vous souhaitez importer ce concept français chez vous ? Comment s’y prendre ? Quelles sont les solutions qui s’offrent à vous ? Quels sont les contraintes et les avantages d’une telle démarche ?

Ressortissant d'un pays étranger et y importer un concept français

Pour les candidats ressortissants étrangers qui souhaitent importer et développer un concept français dans leurs pays d’origine, trois grandes solutions sont possibles en fonction de leurs profils : la joint-venture, la master franchise ou le franchisage en direct.

La joint-venture

Quand le candidat à la franchise est déjà à la tête d’une entreprise dans un domaine similaire dans son pays d’origine, il est possible d’envisager un rapprochement stratégique des deux entreprises. Dans ce cas, la solution de la joint-venture est la plus souvent utilisée. En quoi cela consiste-t-il ? A créer une co-entreprise qui partage les risques et les investissements entre le réseau de franchise français et le partenaire local.
Dans cette formule, chaque partenaire apporte à l’entreprise créée en association sa contribution. Pour le partenaire sur place, il s’agit notamment de ses points de vente existants, mais aussi de son personnel, ses contacts commerciaux, sa clientèle, etc.
Pour le franchiseur français, il s’agit de la licence de marque et du savoir-faire, ainsi que de l’assistance au quotidien pour exploiter le concept.
Dans certains pays très fermés vis-à-vis des investisseurs étrangers, la joint-venture est la seule solution possible.

Les contraintes de la joint-venture

Les contraintes de la joint-venture sont notamment que l’entreprise sur place doit adapter le plus souvent le concept aux particularités de son pays. Cela peut entraîner des tensions entre les partenaires de la co-entreprise. Si les risques et les investissements sont partagés, les bénéfices le sont également. Les objectifs à atteindre doivent être clairement énoncés dès l’association. La multiplicité des acteurs peut rendre compliquées les décisions stratégiques.

Les avantages de la joint-venture

Pour le franchiseur, la joint-venture permet de réussir son implantation dans un nouveau pays via l’association avec une entreprise locale. Pour le partenaire en co-entreprise, il bénéficie d’un produit/service opérationnel et d’une marque French Touch, qui pourra se démarquer de la concurrence.

La master-franchise

La master franchise est la solution la plus souvent utilisée pour déployer un concept français à l’étranger par un ressortissant étranger. Dans cette formule, le franchiseur français délègue à une entreprise étrangère (le master-franchisé), le soin de déployer son réseau sur l’ensemble d’un territoire donné. Le master-franchisé est donc en quelque sort un sous franchiseur. Le territoire confié en exclusivité peut être un pays entier ou encore une zone géographique plus vaste (Asie, Moyen Orient, États-Unis, etc). Le master-franchisé devient de fait le franchiseur de référence pour son secteur. C’est lui qui adapte le concept aux particularités locales. Il doit créer une unité pilote qui sert aussi de siège social de l’entreprise localement. Il recrute les franchisés sur place, les forment et les assistent pendant toute la durée de leurs contrats.

Les contraintes de la master-franchise

Pour le master-franchisé, les risques sont maximums. C’est en effet lui qui doit endosser tous les frais pour le déploiement du concept sur sa zone d’exclusivité. A cela s’ajoutent les frais pour obtenir le droit d’utiliser la marque et le savoir-faire (droit d’entrée, redevances périodiques). Le master-franchisé doit donc avoir suffisamment de fonds propres d’avance pour se lancer dans l’aventure. Dans tous les cas, le prix d’une licence de Master Franchise est bien plus élevé que celle demandée dans le cadre d’un contrat de franchise simple.

Les avantages de la master-franchise

Si le master-franchisé se débrouille bien, il peut rapidement être à la tête d’un réseau important de franchisés. Cela multiplie bien évidemment les recettes et les bénéfices sans avoir à multiplier les investissements puisque ce sont les futurs franchisés qui paieront les créations de leurs points de vente respectifs.

Le franchisage direct

Certains réseaux qui souhaitent garder la main sur l’adaptation de leur concept afin d’éviter de perdre leur identité optent pour le franchisage direct. Cela implique que le concept choisi n’est pas disponible en master-franchise : le franchiseur se charge de l’adaptation du concept, teste cette nouvelle version pour un nouveau marché, et le déploie ensuite. Les futurs franchisés étrangers disposent ainsi d’un outil clé en main, parfaitement adapté à leur marché.

A noter : quand le concept a été adapté par un master-franchisé désigné par le réseau père, cela équivaut à un franchisage direct.

Les contraintes du franchisage direct

Pour le futur franchisé, les contraintes sont les mêmes que pour tous les franchisés du réseau à savoir qu’il doit se conformer strictement aux directives du franchiseur, il ne peut donc pas s’éloigner des préceptes du savoir-faire. En échange de l’exclusivité territoriale concédée, le franchisé doit acquitter un droit d’entrée et des redevances de fonctionnement (royalties).

Les avantages du franchisage direct

Le franchisage direct d’un concept en terre étrangère permet aux franchisés étrangers de bénéficier de toutes les garanties de pérennité de son réseau. Il n’est pas soumis aux aléas d’un mauvais master-franchisé.

Fermer le menu
×
Notre recommandation pour vous :
Midas

Entretien et réparation automobile

Apport : 60 000€

CA moyen : 650 000€

Candidater maintenant

×
Recevez chaque semaine la newsletter
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques,
conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.