Le point sur les autorisations de franchise accordées en Tunisie

Actualités & Interviews / Actualités des experts / Le point sur les autorisations de franchise accordées en Tunisie
  • Créé le : 08/07/2015
  • Modifé le : 08/07/2015
Loin du développement marocain de la franchise (plus de 400 enseignes officiellement implantées mais souvent peu développées… admettons-le), la Tunisie fait ses premiers pas en franchise.

Afin de promouvoir ce système économique dans le pays, des conférences sur la franchise en Tunisie ont été organisées du 24 au 26 Février à Bizerte, Sfax et Sousse. Organisées par le CLDP dépendant du ministère du commerce américain, les CCI de ces 3 villes et les ministères du commerce tunisien et américain, elles ont apporté des informations très utiles sur la franchise et son cadre réglementaire en Tunisie. Jean Samper, le créateur d’AC Franchise en Tunisie comme en France et autres pays francophones, y est d’ailleurs intervenu avec d’autres experts français et américains.

Alors que les enseignes nationales, quel que soit le secteur d’activité, peuvent franchiser d’office, les enseignes étrangères, si elles ne font pas partie de l’un des 26 secteurs libres pour les franchises étrangères, doivent déposer une demande préalable d’autorisation auprès du ministère du commerce qui statue après avoir reçu l’avis du conseil de la concurrence.

En agissant ainsi, une forme de protectionnisme est opérée, afin de donner aux franchises tunisiennes le temps de se développer. C’est aussi une monnaie d’échange pour ouvrir à la Tunisie le marché des services dont la libre « circulation » leur est actuellement impossible dans la communauté européenne.

Rappelons que rien n’empêche en fait un franchiseur étranger de créer un réseau  en Tunisie. Mais le réel problème est qu’il ne pourra pas rapatrier les droits d’entrée et les redevances s’il n’est pas dans un des 26 secteurs autorisés, sauf à obtenir l’autorisation du ministère du commerce. Il demeure tout à fait possible de créer un réseau d’enseignes d’origine étrangère en Tunisie, si on n’exporte ni droit d’entrée, ni redevances ce qui est possible pour les franchises vendant des produits avec une marge pour le franchiseur mais impossible pour les franchises de service lorsque le franchiseur ne vend rien au franchisé car sans redevances, il ne pourra pas financer son assistance aux franchisés.

Il semblerait qu’il n’y ait pas eu de refus pour les dossiers présentés complets. Cet article a déjà été publié le 12/03/2015 mais nous venons de le compléter.

Aperçu des autorisations faites par des enseignes étrangères

Il y a 9 enseignes du secteur de la restauration, pâtisserie et boulangerie : Quick, Johnny rockets, Pizza hut, Fatburger, Hippopotamus, Pomme de Pain, Eric Kayser, Chili’s, Cinnabon, une enseigne du secteur immobilier : Re/Max et une marque américaine spécialisée en sport et loisirs pour enfants : My Gym.

Actualités de AC Franchise

Oui, le franchisé est un entrepreneur indépendant qui peut donc faire une opération de marketing direct (classique ou sur Internet) librement ou presque car … … il se peut que son contrat de franchise précise qu’il doit soumettre sa campagne au franchiseur pour vérifier la cohérence avec l’image de marque ou pour l’empêcher d’aller sur le terrain […]

Un franchiseur peut-il arrêter un contrat qui prévoyait une tacite reconduction, en imposant au franchisé un nouveau contrat avec des redevances plus élevées, sachant que le 1er mentionnait déjà une hausse possible liée à un indice ? La question ne se pose pas tout à fait comme cela. A partir du moment où il y […]

Plus d'actualités

Fermer le menu
×
Recevez chaque semaine la newsletter AC Franchise
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques, conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.