Comptes prévisionnels et erreur du Franchisé

Actualités & Interviews / Actualités des experts / Comptes prévisionnels et erreur du Franchisé
  • Créé le : 16/11/2011
  • Modifé le : 16/11/2011
Les contentieux relatifs aux comptes prévisionnels sont fréquents en pratique. Ce n’est donc pas une certitude acquise que la responsabilité des résultats découlant de la justesse des comptes prévisionnels soit uniquement le franchiseur. Le franchisé doit être à même, lui aussi, d’en juger l’exactitude.

La Cour de cassation a eu à connaître une affaire s’y rapportant.

Au cas d’espèce, un franchisé avait sollicité l’annulation du contrat de franchise, ses résultats ayant été inférieurs de plus de 60 % aux prévisions transmises par le franchiseur et l’ayant conduit rapidement à une procédure de liquidation judiciaire. La Cour d’appel avait rejeté la demande de nullité du contrat de franchise en retenant que :
1/ Les insuffisances ponctuelles dans la documentation remise par le franchiseur ne pouvaient être regardées, à les supposer établies, comme un élément essentiel.
2/ En sa qualité de professionnel averti du commerce (ayant exercé pendant plus de 20 ans dans le domaine de la grande distribution), le dirigeant de la société franchisée se devait d’apprécier la valeur et la faisabilité des promesses de rentabilité.
3/ Le franchiseur n’est soumis à aucune obligation de résultat sur les prévisionnels transmis.
4/ Le seul fait qu’un écart soit effectivement apparu entre les prévisions de chiffre d’affaires telles qu’indiquées par le franchiseur et les résultats concrets nés de l’exploitation du franchisé ne saurait être démonstratif, à lui seul, de l’insincérité ou du manque de crédibilité des chiffres et documents fournis par le franchiseur.

La Haute juridiction casse l’arrêt entrepris considérant que la Cour d’appel, après avoir constaté que les résultats de l’activité du franchisé s’étaient révélés très inférieurs aux prévisions et avaient entraîné rapidement sa mise en liquidation judiciaire, sans rechercher si ces circonstances ne révélaient pas, même en l’absence de manquement du franchiseur à son obligation précontractuelle d’information, que le consentement du franchisé avait été déterminé par une erreur substantielle sur la rentabilité de l’activité entreprise, n’avait pas donné de base légale à sa décision.

L’enseignement de l’arrêt est intéressant puisqu’il rappelle que la nullité du contrat peut être prononcée pour erreur découlant des prévisionnels remis par le franchiseur sans avoir à se référer un manquement à son obligation précontractuelle.

Source : Lettre d’information du cabinet Simon et Associés commentant l’arrêt : Cass. com., 4 octobre 2011, pourvoi n°10-20956  / Comptes prévisionnels et erreur du Franchisé

Actualités de François Luc Simon- SIMON ASSOCIÉS

Vigilance quant à la résiliation du contrat de franchise en raison du non-renouvellement du bail commercial : la preuve du lien d’interdépendance entre ces deux contrats est nécessaire. CA Paris, 15 mai 2019, n°17/20051 En l’espèce, en 2008, un bail commercial entre une SCI et une société a été conclu pour une durée de neuf […]

Chaque année la revue juridique américaine « Best Lawyers » publie son palmarès des avocats français élus par leurs pairs. 72 catégories sont ainsi représentées dans cette neuvième édition du palmarès. Dans la catégorie Droit de la Franchise (« Franchise Law »), 10 avocats issus des 9 cabinets suivants (dans l’ordre alphabétique) ont été désignés par le magazine : […]

Plus d'actualités

Fermer le menu
×
Recevez chaque semaine la newsletter AC Franchise
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques, conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.