Comment passer d'un business réussi à un concept de franchise ?

Avoir créé son entreprise est déjà en soi un challenge et vouloir la développer quand elle a réussi est légitime. Le développement peut se faire en rachetant d'autres entreprises du même secteur d'activité mais aussi en créant un réseau de franchise en se basant sur le succès de la première entreprise et en la dupliquant ailleurs grâce à des partenaires. Cela peut paraitre une évidence mais n'est pas aussi simple car une bonne idée de business à un endroit sous un format propre ne fait pas forcément un concept franchisable partout. Quelques pistes, essentielles mais non exhaustives, pour ne pas se tromper avant de se lancer et pour ne pas entraîner des franchisés dans une galère. Le créateur d'un réseau a une responsabilité financière, juridique ET morale.

Passer d'un business isolé à un business en réseau 

Avoir réussi dans la restauration en Moselle avec un concept typique du pays n'est en aucun cas un gage de succès universel : cela peut-être trop réducteur, trop lié à l'environnement et au mode de vie local. Un concept franchisable doit répondre à une tendance durable et identifiée sur un marché défini (le plus large possible) et s'adresser à une clientèle elle aussi bien identifiée. Il ne faut pas en déduire que concept franchisable est synonyme d'impersonnel, voyez El Rancho par exemple. La notion de concept est très importante et implique que ceux qui vont investir et s'investir (les franchisés) l'ont bien assimilé et croient dans sa solvabilité à court et long terme. La réussite de la franchise Subway présente dans le monde entier tient au fait que le concept du sandwich est universel mais qu'il a su se démarquer en proposant de créer son propre sandwich  adaptée à la culture du pays (passer de la généralité à la personnalisation). A l'inverse, la réussite de La Mie Câline en France est due à sa conception en France, une conception adaptée par nature à notre marché.
Autres pistes : S'orienter sur des concepts qui suivent les tendances lourdes de consommations (produits ou services haute technologie par exemple), par exemple en ciblant les séniors de plus en plus nombreux et au pouvoir d'achat élevé. En croisant les deux aspects, peut être existe-t-il un concept produit ou service à développer. Reste alors à le démontrer. A bannir ou du moins à éviter, les secteurs avec des règlementations juridiques ou techniques très strictes qui évoluent en fonction des décisions de Bruxelles ou/et alternativement de Paris par exemple et qui sont source d'instabilité permanente et d'investissements non contrôlables. ON voit bien par exemple en ce moment que l'état est un très mauvais partenaire du fait des changements incessants de règles fiscales qui affectent durement certains marchés.

Tester sous des formats différents dans des endroits différents

Un concept duplicable doit l'être partout où il trouve les mêmes conditions que dans l'unité pilote de départ qui va servir de modèle. Sinon, il faut l'adapter sans perdre son âme. Autrement dit, on ne peut parler de création de réseau avant d'avoir testé le concept dans plusieurs endroits répondant aux critères d'emplacement et de profil de clientèle. Cette période dite de pilotage permettra d'affiner le concept aussi bien dans son offre commerciale que dans sa stratégie marketing. Une fois les résultats obtenus (positifs), on peut alors dire que le concept est maitrisé c'est-à-dire que son créateur peut alors devenir franchiseur. il possède alors un savoir-faire transmissible. Il lui faudra bien sur s'assurer juridiquement qu'il est bien propriétaire du logo, du concept architectural et savoir vendre son concept.

Apprendre à recruter des franchisés

Sélectionner des franchisés est un métier totalement différent de celui de chef d'entreprise recrutant un collaborateur. La tête de réseau a souvent en tête ses objectifs d'ouverture et peut faire des erreurs de casting et choisir des candidats qui ne pourront pas assurer. Aussi, est-il parfois raisonnable de passer par des cabinets spécialisés qui ont des grilles de lectures concernant les aptitudes personnelles ou financières de futurs candidats. AC Franchise les connaît et pourra vous conseiller. Le franchisé est un chef d'entreprise et doit posséder des qualités comme savoir manager, avoir le sens du commerce, de la gestion et savoir organiser son centre de profit. Il devra aussi savoir vivre en réseau et suivre les consignes du concept : il doit être à la fois indépendant et solidaire du réseau, appliquer le concept et les méthodes. Ces qualités ne sont pas forcément détectables au premier abord d'autant qu'un candidat très enthousiaste et motivé peut faire illusion et que ça ne suffit pas. Bref, un bon franchisé n'est pas seulement un franchisé argenté et sympa.
Passer de l'idée de concept à celui de réseau et devenir franchiseur prend du temps (pas moins de 1 à 2 ans selon la maturité du concept) avec des capitaux pour assurer que tout aura été mis en œuvre pour permettre à ceux qui vont créer leur entreprise de démarrer et de la pérenniser dans les meilleures conditions. enfin, ne pas se lancer seul sans consulter des spécialistes de la franchise et des réseaux qui  éviteront bien des désillusions et des écueils

La rédaction vous conseille l'article : Devenir franchiseur : Étapes et conseils pour se lancer en franchise ! Par Christophe Bellet

Articles similaires

Ouvrir un magasin de vêtements pour enfant, quelles franchises choisir ?

par MA - 9 jours

Evoluant sur un secteur concurrentiel, les acteurs du marché des vêtements pour enfant doivent répondre aux nouvelles pratiques des consommateurs.Le marché du prêt-à-porter enfant se compose en deux segments: les bébés de 0 à 2 ans et les enfants ...

Comment bien choisir sa franchise

par ST - 25 jours

C'est un moyen efficace de rester indépendant tout en accédant à une activité bénéficiant de l'image de marque, de l'expertise, d'un accompagnement et du soutien d'un réseau. De son côté le franchiseur donne un certain nombre d’informations quant ...

Franchise : Le ministre de l’industrie et du commerce répond à un député

par Jean Samper - un mois

Le ministre tunisien de l’industrie et du commerce, Zied Laâdhari a répondu au député Imed Daimi qui s'alarmait de la progression du nombre d’autorisations de franchise accordées par le ministère de l’industrie et du commerce, au moment où le pays...

Informations clés

  • Crée le: 08/09/13 02:00

Les franchises qui recrutent