Une réforme du statut d'auto-entrepreneur en préparation

Le statut d'auto-entrepreneur a été créé en 2008 pour déveopper les créations d'entreprise et réduire le travail dissimulé en simplifiant au maximum les démarches administratives, la fiscalité et les cotisations sociales. Il est sur le point d'être réformé afin de limiter sa durée dans le cas d'une activité principale.

Un statut qui a développé des activités plutôt secondaires

La France recensait en février près de 900 000 auto-entrepreneurs actifs (déclarant du chiffre d'affaires), il faut toutefois constater que ce régime a développé plutôt des activités accessoires à faible valeur ajoutée, que la moitié ne font aucun chiffre d'affaires et 90% réalisent moins d'un smig.
les risques inhérents à ce statut sont assimilés à du salariat déguisé via de la fausse sous-traitance ou surtout dans le domaine de l'artisanat à de la concurrence déloyale – ces derniers reprochant à des auto-entrepreneurs du monde du bâtiment d'opérer sur les mêmes prestations avec des tarifs evidemment moins élevés, ces derniers n'étant pas assujettis à la TVA, ont des charges réduites, etc .-

Le but de la réforme : limiter l'activité dans le temps

Le gouvernement veut limiter dans la durée le régime auto-entrepreneur dans le cas où il s'agit d'une activité principale. Il serait alors possible de commencer une activité sous ce régime mais de passer sous un autre régime au bout de quelques années dans le cas d'une entreprise en voie de pérennisation. Or, l'IGS (l'Inspection générale des Finances) et l'IGAS (l'Inspection générale des Affaires sociales) ont remis à Sylvia Pinel un rapport d'évaluation du régime créé en 2009 qui préconise l'inverse. Il recommande d'"accompagner l'auto-entrepreneur dans la pérennisation et le développement de son activité".
C'est ainsi que les chambres de commerce et les chambres des métiers pourraient être amenées à former les futurs entrepreneurs.
Autre élément aujourd'hui sans réponse ; que deviendra la CFE (contribution foncière des entreprises) dont sont exonérés les auto-entrepreneurs durant les 4 premières années de leur activité.
Pour le moment la ministre de l'Artisanat, du commerce et du tourisme précise que l'objectif est non pas de casser le régime mais de l'améliorer de le clarifie, le rendre plus efficace.
Des concertations sont en cours entre toutes les parties prenantes afin de trouver un terrain d'entente et le projet de réforme devrait voir le jour avant les vacances d'été.

Lire aussi Le nouveau statut de l’auto-entrepreneur prend forme

Articles similaires

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - un mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - 3 mois

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Publication du décret relatif à l’instance de dialogue social

par HK - 3 mois

Le décret d’application de la loi travail relatif aux modalités de l’instance de dialogue social vient de paraître. Rappelons que l’instance en question fait partie des dispositions de la loi El Khomri et qu’elle porte sur la représentation du per...

Informations clés

  • Crée le: 15/05/13 02:00

Les franchises qui recrutent