Lavage automobile : sans se mouiller !

Depuis 15 ans que le lavage automobile se développe en France, la moitié des Français se sont laissés séduire par son service et ses offres de plus en plus variées.

Si les grandes villes sont désormais pourvues de centres de lavage, de nombreux emplacements dans les villes moyennes et petites restent à prendre. Mais attention, l'activité est bien plus prenante qu'il n'y paraît...

Le lavage automobile automatique est arrivé en France depuis les Etats-Unis, en 1987, avec le lancement en franchise d'Hypromat sous l'enseigne Eléphant Bleu. Il s'y est développé plus lentement qu'outre-atlantique mais les centres spécialisés ont néanmoins investi toutes les grandes agglomérations, au point de viser aujourd'hui les villes moyennes et petites. Si les emplacements de premier choix dans les grandes villes sont pourvus, c'est qu'ils ont un impact décisif sur le niveau d'activité et le chiffre d'affaires du centre de lavage.

Autre raison de cibler de plus petits sites (des villes de moins de 15 000 habitants) : une surface de 1 000 à 1 500 m2 est nécessaire dans les grandes villes; autant dire qu'elle est très coûteuse. Au contraire, sur des sites plus réduits, on voit apparaître des formats de plus petite dimension, avec 2 à 3 pistes de lavage.

Quelle enseigne choisir quand on est un candidat intéressé par ce secteur d'activité ? Une petite quinzaine de groupes sont présents en France, avec des spécialités différentes. Mais il faut savoir que, quel que soit le matériel choisi (portiques à brosses, lavage haute pression ou tunnels de lavage) et en dépit des préjugés, l'activité exige une présence régulière. Il faut en effet assurer l'entretien des machines, qui doivent fonctionner en permanence et proposer une qualité de service. Par ailleurs, l'activité est souvent présentée à tort comme très lucrative. Les résultats des unités d'exploitation sont en réalité très hétérogènes et assez difficiles à contrôler. D'ailleurs, un grand nombre de franchisés investissent dans plusieurs unités pour s'assurer un revenu satisfaisant, quand ils n'accordent pas le reste de leur temps à une autre activité automobile (garagiste, vendeur de véhicules ...).

Néanmoins, le candidat peut construire son choix sur les services proposés par chaque enseigne. Car elles ciblent des segments de clientèle différents : particuliers, flottes de professionnels, poids lourds... Les offres les plus spécifiques vont à la rencontre de leur clientèle. C'est le cas du remarquable et atypique Wash One et de ses unités mobiles, qui assurent le nettoyage extérieur et intérieur. Il convient aussi de s'intéresser à l'accompagnement proposé par la tête de réseau : inexistant chez les fabricants comme Autowash Labrador et plus poussé chez Eléphant, qui se développe en franchise, et Superjet, en concession.

Séverine Grumiaux


Articles similaires

2016, une année forte pour le secteur de l'immobilier

par MA - 17 jours

L'année 2016 a été une année fructueuse pour l'immobilier qui a notamment enregistré une hausse de 11 % dans le secteur de la vente des logements anciens. Cette belle reprise du marché serait due à des taux d'emprunts historiquement bas et des pri...

La Silver Economy pour répondre aux besoins des Seniors

par Martine Malaterre - 21 jours

La Silver Economy se définit comme la réponse à des besoins d’une population qui vieillit. Un Français sur trois aura plus de 65 ans en 2020.

Fidéliser le client qui réclame

par Deslandes Dominique - 23 jours

Un client qui exprime son mécontentement est souvent une personne qui montre son attachement à une enseigne. Il est toujours possible d'avoir à affronter des clients insatisfaits, ce n'est pas une catastrophe, sauf si la colère augmente à votr...

Informations clés

  • Crée le: 24/08/05 02:00

Les franchises qui recrutent