Du neuf pour la DGCCRF avec la nouvelle loi sur la consommation !

En octobre 2011, l'Assemblée nationale adoptait, en première lecture, le projet de loi sur la consommation. Ce texte créé pour renforcer les droits, la protection et l'information des consommateurs confère surtout davantage de pouvoirs à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Dans une interview accordée au magazine Points de vente, Stanislas Martin, numéro deux de cet organisme, revenait sur le contenu de cette loi. Si cette nouvelle réglementation ne fait pas l'unanimité, il y voit de son côté un outil supplémentaire de défense du consommateur et un nouveau moyen de préserver la loyauté et l'équilibre des relations commerciales. C'est en tout cas un outil qui ne laisse pas les franchises indifférentes.
Pour Stanislas Martin, si cette loi confère plus de pouvoirs à la DGCCRF, c'est surtout pour protéger le consommateurs autour de 4 axes d'interventions : l'axe sanitaire (s'assurer que les produits mis sur le marché sont sûrs d'un point de vue sanitaire), l'axe économique (protection économique du consommateur : loyauté des transactions, lutte contre les arnaques...), l'axe concurrentiel (que les marchés fonctionnent de manière suffisamment concurrentielle : entreprises efficaces, prix bas...), l'axe relationnel (pour des relations équilibrées entre entreprises de l'amont à l'aval, jusqu'au consommateur).

A partir de 92 000 réclamations de clients en France

Dans son interview, le chef de service de la protection des consommateurs et de la régulation des marchés à la DGCCRF rappelle que la loi se base sur 92 000 réclamations adressées par les consommateurs. Ces réclamations, selon lui, "traduisent la manière dont les consommateurs perçoivent la qualité des services qu'on leur fournit et ne représentent pas forcément une infraction". Et de préciser, que le nombre de réclamations n'a d'ailleurs pas augmenté depuis 2008, il y aurait même une tendance à la baisse ! "Nous en avons reçu 92 000 en 2010, contre 110 000 en 2009. Les relations entre les entreprises et les consommateurs ont donc plutôt tendance à s'améliorer, du moins dans la perception des clients", explique-t-il.
Et du côté des attentes majeures des consommateurs, il cite la demande d'informations précontractuelles, les problèmes de livraison dans le cas de la vente à distance, les modalités de remboursement.

De nouveaux pouvoirs pour la DGCCRF

Concernant la modernisation des pouvoirs de la DGCCRF citée dans la loi sur la consommation, Stanislas Martin explique que désormais la structure "possède un pouvoir de sanction administrative (sous la forme d'une amende) sur les entreprises, sous contrôle du juge en appel, le cas échéant".  Et de préciser que c'est une nouveauté cat "jusqu'alors, en cas de contentieux pénal, le procés-verbal était transmis au procureur, qui décidait ou non de poursuivre".
Audrey, rédactrice AC Franchise

Articles similaires

Services à la personne : les avantages accordés par la loi de finances 2017

par HK - 16 jours

Un communiqué de presse d’Age d’Or Expansion S.A., franchiseur du réseau Age d’Or Services, détaille les nouveautés de la loi de finances 2017 : avantage fiscal étendu pour le recours aux services à la personne, augmentation du CICE et baisse de l...

RSI, cotisations: ce qui change pour l’entrepreneur indépendant dès le 1er de l’an 2017

par Sonia Tajouri - 17 jours

Le fonctionnement même du RSI change. Les assurés ne vont pas forcément s'en rendre compte car il s'agit surtout d'un changement mais cela permet de clarifier en interne une organisation bien complexe. La désignation d'un responsable unique du rec...

Quelles clauses dans un contrat de franchise ?

par HK - 27 jours

La rédaction du contrat doit faire l’objet d’une grande attention afin que ses clauses soient en harmonie avec les exigences françaises et européennes en matière de concurrence. Voici ce en général les clauses d'un contrat de franchise.

Informations clés

  • Crée le: 22/12/11 01:00

Les franchises qui recrutent