Des salariés repreneurs grâce à la SCOP

Votre dirigeant part en retraite ou les actionnaires se retirent… Vous êtes convaincus que le savoir-faire peut assurer la pérennité de votre entreprise.

Pourquoi ne pas la reprendre à plusieurs ? Quelques données

Actuellement il y a en France plus de 1 500 PME et TPE qui ont en moyenne 22 salariés et produisent un chiffre d'affaires de 3 milliards d'euros, dans tout l'Hexagone et pour de nombreux métiers. Réussir une reprise d'entreprise est souvent une aventure humaine liée à une bonne gestion des équipes en place. Si vous décidez de devenir co-entrepreneurs vous avez plus de chance d'y arriver. Votre outil de travail devient commun et les décisions sont partagées.
La SCOP (Société Coopérative de Production) est un statut qui donne une garantie de bon fonctionnement. Il s'agit de mettre en place un engagement collectif qui peut ensuite s'appuyer sur un réseau. Chacun peut obtenir la double qualité de salarié et d'associé dans l'entreprise ce qui procure une sorte de stabilité rassurante pour les clients comme pour les fournisseurs. L'accompagnement du réseau des SCOP commence dès l'étude de faisabilité, il se poursuit tout au long de l'existence de l'unité.
La SCOP est une forme particulière de SA ou de SARL créée par et pour ceux qui y travaillent, elle a été conçue au XIXe siècle et a acquis aujourd'hui des principes plus modernes de mise en commun des moyens et de prise de responsabilité. Les salariés sont associés majoritaires c'est-à-dire qu'ils détiennent au moins 51 % du capital social et 65 % des droits de vote. Les bénéfices reviennent d'abord aux salariés plutôt que de constituer des versements aux actionnaires. Ils sont versés en participation ou intéressement, une autre partie est réinvestie dans l'entreprise sous forme de réserves qui consolident les fonds propres.
En assemblée générale ce sont les salariés qui décident selon le principe « une personne = une voix », quel que soit le montant du capital détenu. Le fonctionnement précise le partage de l'information et la formation des salariés en vue de favoriser leur autonomie, leur esprit de responsabilité et leur motivation. Le ou les dirigeants sont des salariés et bénéficient de la protection sociale correspondante pour la santé, la retraite et le chômage. Ils ont de ce fait plus de légitimité pour exercer leur autorité et entretiennent des rapports sociaux plus équilibrés que dans les entreprises classiques.
Dans les SCOP on pratique évidemment le management participatif et il y a le plus souvent davantage de convivialité dans les relations de travail. On y trouve une plus grande promotion de l'initiative et de l'autonomie. Comme pour toute société commerciale une SCOP acquitte la TVA et l'impôt sur les sociétés au taux normal, néanmoins le versement aux salariés de participations souvent plus importantes que dans les entreprises classiques entraîne une réduction de l'impôt sur les bénéfices.Il existait certains avantages fiscaux à vérifier, concernant la taxe professionnelle récemment modifiée en CET l'exonération est maintenue. Lisez à ce sujet cet article : La nouvelle taxe professionnelle s'appelle CET
Pour répondre de son fonctionnement la SCOP doit être inscrite sur une liste validée par le Ministère du Travail. Elle est gérée par la Confédération Générale des SCOP.
Dominique Deslandes
Pour en savoir plus, lisez cet article : Démarrer en SCOP

Articles similaires

Amélioration de l'habitat : Focus sur des franchises spécialisées !

par Julien Cadoret - 10 heures

Avez vous pensé au secteur de l'amélioration de l'habitat ? Un marché de niche avec de belles opportunités de développement et d'implantation en franchise.

Le franchisé est-il un entrepreneur pour nos amis canadiens ?

par Christian Champagne - 11 heures

Une grande question qui oppose encore aujourd’hui bon nombre d’intervenants en franchise et en entrepreneuriat est : est-ce qu’un franchisé est ou non un entrepreneur? Les réponses sont partagées au sein de la communauté entrepreneuriale. Et vous,...

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 3 jours

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

Informations clés

  • Crée le: 08/01/11 01:00

Les franchises qui recrutent