L’intérêt d’une étude de marché en franchise

  • Créé le : 06/05/2019
  • Modifé le : 06/05/2019

En franchise, comme hors enseigne d’ailleurs, un bon projet est un projet bien construit qui sait où il va ! Et pour réduire les incertitudes et les risques, rien ne vaut une étude de marché sérieuse qui va révéler si oui ou non, les produits ou services que vous allez proposer correspondent à une vraie demande localement !

Souvent négligée par les futurs franchisés, l’étude de marché n’a rien de facultatif ! En effet, et même si le franchiseur se veut rassurant et communique de nombreux chiffres qui viennent conforter son offre, tout ne doit pas être pris pour argent comptant. Loin s’en faut !

Le franchisé doit impérativement pouvoir se faire sa propre opinion sur son marché : il en va de son avenir pendant plusieurs années, mieux vaut donc rester vigilant.

A quoi sert une étude de marché ?

L’étude de marché en franchise doit permettre au créateur franchisé de comprendre comment fonctionne son marché dans sa globalité, mais aussi localement. Elle compare l’offre franchiseur face à sa concurrence ce qui permet d’évaluer les points forts du réseau de franchise et de déceler ses points faibles.

L’étude de marché doit ainsi répondre à de nombreuses questions comme :

  • Quels sont les produits ?
  • Quelle est l’offre ?
  • L’offre est-elle pertinente au regard de la demande consommateurs ?
  • Quelles sont les enseignes concurrentes ?
  • Comment se place nationalement l’offre face à sa concurrence ?
  • Quelle est la réglementation applicable à ce secteur d’activité ?
  • Quelles sont les caractéristiques de la clientèle visée (zone géographique, habitude de consommation, revenus, âge de la population…) ?
  • Comment se place localement l’offre face à la concurrence ?
  • Le marché est-il régulier ou existe-t-il des saisonnalités ?
  • Etc

Comment réaliser une étude de marché en franchise ?

L’étude de marché en franchise est réalisée en prenant appui sur les chiffres communiqués par le franchiseur dans le cadre du document d’information pré-contractuelles (DIP), mais pas seulement !
Le futur franchisé doit impérativement croiser les données franchiseur avec d’autres données récoltées nationalement et localement.
Parmi ces données, certaines concernent plus spécifiquement la bonne santé du marché et ses perspectives d’avenir. Quelles sont les dernières innovations dans le secteur ? L’offre franchiseur tient-elle compte de ses innovations ? Comment fonctionne le marché ? Qui sont les acteurs ? L’idée est de comprendre les rouages et les clés du marché ciblé.
Pour trouver toutes ces informations générales et globales, la recherche documentaire prend appui sur la presse spécialisée, les bases de données professionnelles de type Xerfi, les articles et sites web qui abordent le sujet.

Localement, une attention toute particulière doit être portée à la concurrence directe et indirecte. Comment se porte-t-elle ? Est-elle prospère ?
Chaque activité similaire doit être étudiée et comparée à la future activité. L’idée est de savoir si la nouvelle offre peut faire la différence vis-à-vis des entreprises déjà implantées localement.
Cela peut-être en terme de produits différenciants, mais aussi parfois de localisation de l’activité. Par exemple, quand la création concerne une boulangerie, selon qu’elle est implantée en plein centre-ville ou en sortie de ville, sa clientèle sera différente. Dans le premier cas, la boulangerie de quartier va essentiellement satisfaire la demande des habitants du quartier et les badauds qui viennent en ville pour faire leurs emplettes ou accomplir des tâches administratives. Dans le second cas, en sortie de ville avec un grand parking, la boulangerie aura essentiellement des clients de passage qui trouvent pratiques de s’arrêter là pour acheter leur pain.

L’étude de marché comprend généralement une étude quantitative qui vise brosser le portrait de l’activité dans son environnement concurrentiel, et une étude qualitative qui a pour objectif d’étudier des paramètres qui ne sont pas directement quantifiables. Ces derniers sont notamment le profil type de l’acheteur, son âge, son sexe, ses habitudes de consommation, etc.
L’étude qualitative repose essentiellement sur un travail d’enquête auprès de consommateurs potentiels soit en entretiens en face à face, soit en entretiens de groupe.

La rédaction de l’étude de marché

Après la période souvent longue de la collecte de toutes les informations disparates, l’heure est venue de classer et hiérarchiser toutes ces informations afin quelles viennent étayer la faisabilité de la création. Cette phase de rédaction est souvent compliquée. Elle demande de faire une synthèse ayant pour objectif de démontrer que le créateur maîtrise parfaitement son sujet, et qu’il est conscient de tous les tenants et les aboutissants de sa future activité.

Cette synthèse de l’étude de marché, à la fois quantitative et qualitative formera le socle des analyses financières réalisées dans le cadre du business-plan. A ce titre, elle doit faire ressortir les chiffres clés et convaincre le banquier notamment, que le projet tient la route.

Attention : l’étude de marché est toujours de la responsabilité du créateur : « la présentation de l’état général et local du marché ne peut être confondue avec une étude de marché, dont l’établissement appartient au franchisé en tant que commerçant indépendant. » (Cour d’appel de DOUAI 20 Janvier 2011).

Sachant qu’une étude de marché est un exercice complexe, mieux vaut, le cas échéant en confier la réalisation à des spécialistes qui sauront définir quel est le meilleur emplacement dans votre ville pour vous assurer d’une bonne visibilité et de bonnes affaires !

La rédaction vous recommande de lire cette fiche pratique : Focus sur le business plan en franchise !

Fermer le menu