Comment éviter l’échec en franchise ? Nos conseils !

  • Créé le : 24/09/2019
  • Modifé le : 10/10/2019

La création d’une activité en franchise n’est pas sans risque ! Des précautions sont à prendre à chaque étape de votre projet ! Nos 6 conseils pour éviter les principaux pièges.

Lire aussi : Devenir franchisé : les 5 erreurs à éviter !

Conseil n°1 : Opter pour une activité qui ne vous correspond pas

Avant de chercher un réseau de franchise, vous devez cerner le type d’activité qui saura le mieux correspondre à vos envies et aspirations. Si vous êtes plutôt solitaire et indépendant, fuyez les activités qui nécessitent d’être un génie du management. Si vous n’êtes pas un bon commercial, éviter les activités purement marchandes soumises à forte concurrence. Si vous avez deux mains gauches, évitez les activités liées à l’artisanat. Et si vous n’aimez pas les chiffres, fuyez les activités purement de gestion. C’est une évidence direz-vous ? Pas si sûr ! En effet, dans chaque métier il y a des choses que l’on peut apprendre (et heureusement!) mais il y a des choses pour lesquelles il faut naturellement quelques prédispositions. Avant toute signature dans un secteur d’activité inconnu, n’hésitez pas à partager le quotidien de ceux dont c’est le métier. Derrière un comptoir toute la journée, vous pourriez rapidement vous rendre compte que vous n’êtes pas du tout fait pour le commerce !

Conseil n°2 : Rechercher à tout prix la rentabilité

Dans le même ordre d’idée que précédemment, focaliser le choix d’un réseau sur sa rentabilité uniquement n’est pas un bon calcul. En effet, en franchise, la rentabilité d’une affaire se calcule sur le long terme. Mieux vaut un petit pourcentage stable sur un investissement raisonnable qu’une forte rentabilité sur un gros investissement. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’amortissement d’une activité demande du temps (au minimum 5 ans). Si la durée de votre contrat est courte et que votre investissement est conséquent, vous aurez à peine le temps de l’amortir. Vous y perdrez donc en rentabilité effective ! Pour une activité avec moins d’investissement et souvent avec moins de rentabilité, vous pourrez plus facilement amortir sur une seule durée de contrat. Comme on le voit, la forte rentabilité affichée par certains réseaux peut être trompeuse. Avant de tout miser sur une question de rentabilité, projetez-vous plutôt sur une activité qui vous plaît dans laquelle vous pourrez vous épanouir sur du long terme.

Conseil n°3 : Signer avec le premier franchiseur contacté

Les arguments des franchiseurs sont bien rodés pour attirer de nouveaux talents. Ils balaient les objections et sont là pour convaincre que leur concept est le meilleur, le plus beau, le plus rentable, le plus sympa, etc. Sans un minimum de recul, vous pouvez facilement succomber aux arguments d’une forte personnalité… Or, ces arguments ne sont pas forcément les meilleurs ! Et si il est vrai que le choix d’un réseau se base pour une bonne part sur une question de feeling, mieux vaut rencontrer plusieurs réseaux avant de signer pour plusieurs années !

Conseil n°4 : Prendre pour argent comptant les dires du franchiseur

Les arguments communiqués par le franchiseur sont souvent alléchants, mais ils ne reflètent pas toujours la réalité ! Cela vaut pour les chiffres espérés à deux ans, mais aussi le succès forcément rencontré par ses produits et services, l’aspect sympa de l’activité, l’aspect ultra-porteur d’une activité, etc. Avant toute décision définitive, vous devez confronter les arguments du franchiseur avec la réalité. Comment ? En poussant la porte des franchisés de l’enseigne et en allant discuter avec eux. Ils vous feront part de leur vision de la pertinence du concept, des difficultés qu’ils rencontrent au jour le jour dans leur quotidien, les vrais chiffres d’affaires qu’ils réalisent, etc. Ces renseignements valent tout l’or du monde !

Ou bien consultez les enquêtes de l’Indicateur de la Franchise. Vous aurez ainsi les cartes en main pour choisir sereinement le meilleur réseau de franchise à travers la satisfaction réel des franchisés.

Conseil n°5 : Faire des économies sur la qualité de son emplacement

Souvent, au début d’une activité, la tentation est grande de rogner sur les investissements pour limiter les risques financiers. Si cela est possible sur certains postes, ne vous avisez pas de voir étriqué pour la qualité de votre emplacement. En effet pour s’éviter un échec cuisant en franchise avec le meilleur des concepts, il faut au minimum être visible voire très visible. L.’emplacement n°1 préconisé par beaucoup de franchiseur même s’il coûte cher et est difficile à trouver, n’est donc pas un luxe ! Quitte à retarder l’embauche d’un premier salarié et de multiplier les heures de présence, investissez dans un emplacement de premier plan pour mettre toutes les chances de votre côté et ainsi éviter l’échec en franchise !

Conseil n°6 : Sous estimer ses besoins de financement

Un plan de financement réaliste doit vous laisser les moyens d’agir (et de patienter pendant quelques mois !) pour accompagner votre lancement. Avec une trésorerie trop légère, vous aurez sans doute du mal à contrer le moindre retard à l’allumage de votre activité. Il serait dommage de mettre en péril votre affaire pour un manque ponctuel de liquidités. Lors de la création de votre business model, restez donc le plus pessimiste possible. Si tout se passe bien, vous aurez de l’avance. Si tout ne se passe exactement comme prévu, vous aurez de quoi passer les aléas du démarrage.

Fermer le menu
×
Recevez chaque semaine la newsletter AC Franchise
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques, conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.