FIDAL Nord Picardie

Avocat entreprises et baux commerciaux

Activité(s) : CONSEIL & CONTENTIEUX ÉCONOMIQUE

Responsabilité du franchiseur : perte de chance pour le franchisé d’obtenir l’annulation de l’autorisation d’implantation d’un magasin concurrent

Cour de cassation, chambre commerciale, 8 novembre 2017, pourvoi n° 16-19035

Un franchisé exploitant un magasin de bricolage avait pris connaissance d’une décision de la Commission départementale d'aménagement commercial (CDAC) autorisant la création d'un important centre commercial, comprenant un magasin de bricolage concurrent, à proximité immédiate du sien. Il en avait informé son franchiseur, lequel avait alors demandé à son Conseil de former, au nom du franchisé, un recours contre cette décision auprès de la Commission nationale d'aménagement commercial (CNAC), puis de s'en désister. Reprochant au franchiseur qui ne l'avait pas avisé du désistement de lui avoir fait perdre une chance d'obtenir l'annulation de l'autorisation d'implantation du concurrent, le franchisé l'avait assigné en réparation de son préjudice.
  
La Cour de cassation approuve les juges du fond d’avoir accueilli sa demande, au motif que :

  • Le franchiseur avait commis une faute « en prenant l'initiative du désistement de sa propre autorité, après avoir donné instruction à son conseil d'exercer un recours au nom du franchisé contre la décision litigieuse de la CDAC » ;
  • Le franchisé avait subi une « perte de chance certaine », puisqu’il « disposait d'une chance raisonnable d'obtenir l'annulation du projet », notamment au regard des arguments présentés qui « n’apparaissaient pas dénués de pertinence au regard des critères légaux de l'aménagement du territoire et du développement durable » ;
  • Les juges avaient caractérisé l’existence d’un lien de causalité entre la faute du franchiseur et le préjudice subi par le franchisé dès lors que l'ouverture du magasin concurrent, « installé auprès d'un hypermarché drainant une clientèle nombreuse », « implanté juste de l'autre côté du carrefour où se situ[ait] le magasin [du franchisé], dans une zone de chalandise déjà réduite et en voie de réduction, tandis qu'il existait déjà aux alentours une concurrence non négligeable », et qui est « trois fois plus important que celui [du franchisé] » a « nécessairement eu un impact négatif sur l'activité [du franchisé]  ».
FIDAL Hauts-de-France - Département Droit Economique

Laurent François-Martin
Frédéric Bourguet
Perrine Plouvier-Masse


Les derniers articles FIDAL Nord Picardie

Franchise : les conséquences d’un manquement à l’obligation précontractuelle d’information

par FIDAL - un mois

Le franchiseur – à l’instar de toute personne qui met à la disposition d’une autre personne un nom commercial, une marque ou une enseigne, en exigeant d’elle un engagement d’exclusivité ou de quasi-exclusivité pour l’exercice de son activité – doi...

Franchise : titularité de la clientèle et opposabilité d’une clause de non-concurrence post-contractuelle

par Laurent François-Martin Frédéric Bourguet Perrine Plouvier-Masse Mélanie Truffier - 4 mois

Un contrat initial de franchise – qui comportait une interdiction d’exploiter des activités concurrentes pendant l’année suivant l’expiration du contrat sur le territoire qui avait été concédé au franchisé – avait été modifié par un avenant compor...

Les conditions de la protection d’un slogan publicitaire par le droit d’auteur

par Laurent François-Martin Frédéric Bourguet Perrine Plouvier-Masse - 8 mois

Une agence de communication avait mis au point le slogan « aussitôt cuit, aussitôt servi » accompagné d’un visuel pour le lancement d’une nouvelle gamme d’ustensiles de cuisine, à la demande du fabriquant de ces derniers. À la suite de la rupture ...

Informations clés

  • Crée le: 08/01/18 09:01

Les franchises qui recrutent