Réformer la distribution en France

La loi de modernisation économique prévoit un certain nombre de mesures, dont certaines suscitent des inquiétudes à la fois chez les professionnels et chez certains élus locaux.
Il s'agit pour le gouvernement et le président de la République d'en finir avec certaines restrictions réglementaires. Mais la réforme des relations entre fournisseurs et distributeurs, instaurées depuis les lois Galland, Raffarin puis Dutreil, ne font pas l'unanimité.
Le texte étudié actuellement par l'Assemblée Nationale soulève des protestations, comme celle du président de l'Ania (Agence Nationale des Industries Alimentaires), Jean-René Buisson, qui espère obtenir un amendement afin d'obliger les distributeurs à lister sur facture les avantages tarifaires accordés par les industriels en contrepartie de services : place dans le catalogue de l'hypermarché ou attribution de tête de gondole par exemple.
Mais le gouvernement est très déterminé car la réforme des marges arrières est symbolique et devrait entraîner, selon lui, une stagnation des prix, et pourquoi pas leur diminution.
Les Fédérations des magasins de bricolage et du commerce associé (FMB et FCA) se sentent également concernées. Elles critiquent en particulier les délais de paiement que le projet compte ramener à 60 jours au lieu de 90 jours.
Cette réforme n'est en effet pas du goût du commerce non-alimentaire. Dans ces secteurs d'ailleurs, il est noté que les produits sont payés avant d'être vendus... La réduction des délais de paiement qui semble évidente pour certains, leur fait dire qu'elle fragiliserait considérablement la trésorerie des distributeurs du non-alimentaire. L'idée a donc émergé de créer une dérogation par branche, ce serait l'objet d'un amendement pouvant plaire à certains députés.
Enfin reste le problème de l'urbanisme commercial, déjà évoqué dans un précédent article, c'est un point particulièrement sensible pour certains élus locaux.
Dominique Deslandes

Articles similaires

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - un mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - 3 mois

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Publication du décret relatif à l’instance de dialogue social

par HK - 3 mois

Le décret d’application de la loi travail relatif aux modalités de l’instance de dialogue social vient de paraître. Rappelons que l’instance en question fait partie des dispositions de la loi El Khomri et qu’elle porte sur la représentation du per...

Informations clés

  • Crée le: 05/06/08 02:00

Les franchises qui recrutent