Le traitement favorable du contrat de franchise au regard du droit de la concurrence

Actualités & Interviews / Interviews des experts / Le traitement favorable du contrat de franchise au regard du droit de la concurrence
  • Créé le : 08/02/2018
  • Modifé le : 08/02/2018
Dans un arrêt du 20 décembre 2017 (n°16-20.500), la chambre commerciale de la Cour de cassation rappelle le traitement favorable dont doit bénéficier le contrat de franchise au regard du droit de la concurrence, compte tenu de son objet pro-économique et pro-concurrentiel.
Un franchisé avait conclu avec son franchiseur un contrat de franchise d’une durée initiale de neuf ans, renouvelable par tacite reconduction par période de cinq ans. Ce contrat prévoyait l’obligation pour le franchisé de s’approvisionner exclusivement, pour les gammes qu’il fabriquait, auprès d’un fournisseur ayant développé un concept de fabrication de pains traditionnels au levain naturel.
Le franchisé contestait la licéité de cette clause d’approvisionnement d’exclusif au visa notamment de l’article 5 du règlement d’exemption UE n°330/2010 sur les restrictions verticales de concurrence, qui dispose que l’exemption par catégorie « ne s’applique pas aux obligations suivantes contenues dans des accords verticaux : a) toute obligation directe ou indirecte de non-concurrence dont la durée est indéterminée ou dépasse cinq ans ».
Cette contestation du franchisé paraissait vaine, la Commission européenne considérant dans ses lignes directrices accompagnant le règlement d’exemption UE n°330-2010 qu’« une obligation de non-concurrence relative aux biens ou services achetés par le franchisé ne relèvera pas de l’article 101, paragraphe 1, lorsqu’elle est nécessaire au maintien de l’identité commune et de la réputation du réseau franchisé. Dans de tels cas, la durée de l’obligation de non-concurrence n’est pas un facteur pertinent au regard de l’article 101, paragraphe 1, pour autant qu’elle n’excède pas celle de l’accord de franchise lui-même ».

Dans son arrêt du 20 décembre 2017, la Cour de cassation va plus loin en confirmant l’arrêt d’appel ayant relevé, de manière générale, « qu’en matière de franchise, les clauses qui organisent le contrôle indispensable à la préservation de l’identité et de la réputation du réseau, symbolisé par l’enseigne, ne constituent pas des restrictions de concurrence au sens des articles 101, paragraphe 1, du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne et L. 420-1 du code de commerce », et, de manière spécifique, « que la clause d’approvisionnement exclusif imposée aux franchisés était nécessaire pour disposer chez chacun d’eux d’une uniformité de qualité et de goût des produits fabriqués selon un cahier des charges et un procédé propre [au fournisseur], constituant ainsi un élément décisif pour l’image et l’identité du réseau de franchise ; », de sorte que la licéité de cette clause ne pouvait être remise en cause.
En d’autres termes, conformément à ce qui avait été jugé par la Cour de Justice des Communautés Européennes dans son arrêt « PRONUPTIA » du 28 janvier 1986 (CJCE, 28 janv. 1986, aff. 161/84, Pronuptia de Paris GmbH), fondateur pour la franchise, dès lors qu’il peut être démontré que les clauses contenues dans le contrat de franchise sont directement liées à la mise à disposition du savoir-faire, à l’utilisation de la marque et, de manière large, à la préservation de l’identité et de la réputation du réseau :
•D’une part, ces clauses doivent en principe échapper à l’application des articles 101 § 1 du Traité FUE et L. 420-1 du Code de commerce qui sanctionnent les ententes anticoncurrentielles ;
•D’autre part, le franchiseur n’a pas à apporter la preuve d’un bilan économique positif au sens des article 101 § 3 du Traité FUE et L. 420-4 du Code de commerce.
Plus de 30 ans après l’arrêt « PRONUPTIA », le traitement favorable de la franchise au regard des règles de concurrence est donc toujours d’actualité.
Régis Pihéry
Avocat Associé Redlink

Plus de franchises

FITNESSBOUTIQUE

Salle de sport et fitness

Apport : 50 000€

CENTURY 21 FRANCE

Agence immobilière

Apport : 50 000€

YVES ROCHER

Parfumerie et cosmétique

Apport : 30 000€

FLOWER CAMPINGS

Camping

Apport : 500 000€

NETTO

Supermarché et Supérette

Apport : 150 000€

AVENIR RÉNOVATIONS

Entretien et rénovation

Apport : 20 000€

BRICOMARCHE

Bricolage et jardinage

Apport : 100 000€

CAMILLE ALBANE

Coiffure

Apport : 40 000€

Plus de franchises

Actualités

La renaissance de Matsuri, la chaîne de restauration japonaise, marque un tournant significatif dans le paysage gastronomique français. Avec l’acquisition de l’enseigne par un trio d’investisseurs dynamiques, dont Adrien de Schompré, co-fondateur de Sushi Shop, Sébastien Blanchet, ancien de PWC, et Céleste Velarde, ex-directrice artistique chez Big Mamma, la franchise Matsuri s’apprête à entamer un […]

Le réseau Story a ouvert un nouveau point de vente, le 19 avril dernier, à Valenton, dans la zone d’activité Carrefour Pompadour. Cette unité est gérée par Amir Talbi, 45 ans, qui a opté pour cette enseigne en raison de son côté familial, sa proximité et son concept clé en main. La franchise débarque à […]

Plus d'actualités

Fermer le menu
×
Notre recommandation
VULCO

Spécialiste des pneumatiques et de l'entretien des véhicules de tourisme, industriel, génie civil et agricole.

+ de 25 ans d’expérience dans la liaison au sol

En savoir plus maintenant
En quelques chiffres
  • Apport : 70 000€
  • CA moyen : 650 000€
  • Droit d'entrée : 3 500€
  • Nombre d'unités total en national : 250
En savoir plus maintenant
×
Recevez chaque semaine la newsletter
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques,
conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.