Le franchisé est propriétaire de sa clientèle

Actualités & Interviews / Actualités de la franchise / Le franchisé est propriétaire de sa clientèle
  • Créé le : 22/08/2010
  • Modifé le : 22/08/2010

Le franchisé peut bénéficier du statut des baux commerciaux. La Cour d’appel de Paris le confirme définitivement dans un arrêt du 3 juillet 2002…

Il est vrai que cet arrêt ne constitue pas une grande nouvelle. Deux arrêts du 4 octobre 2000 de la Cour d’appel de Paris s’étaient déjà prononcés en ce sens. Ils avaient été commenté dans La Lettre de la FFF, n° 123 de décembre 2000-janvier 2001, par Me Dominique BASCHET.

L’arrêt du 3 juillet 2002 se rapporte d’ailleurs à l’un de ces deux arrêts. Qui plus est, la Cour de cassation s’est prononcée catégoriquement dans le même sens dans un arrêt du 27 mars 2002 que nous avions commenté dans La Lettre de la FFF, n° 137 de mai 2002.

L’intérêt de l’arrêt du 3 juillet 2002 est, outre de permettre à la Cour d’appel de Paris de réaffirmer la position qu’elle a adoptée le 4 octobre 2000, le fait que la Cour procède à une analyse du contrat de licence liant franchiseur et franchisé avant de réaffirmer sa position. L’examen du contrat a porté plus particulièrement sur les points ci-après :

• les prix de vente du franchisé à sa clientèle : certes, le franchisé reçoit des préconisations en la matière mais il reste libre de déterminer ses prix. La Cour rappelle qu’il est de l’intérêt même du franchisé de ne pas trop s’écarter des prix généralement pratiqués par le franchiseur pour ses propres stations et chez les autres franchisés. Qui plus est, pour les opérations de groupe, le franchiseur ne peut imposer au franchisé de traiter aux conditions préférentielles convenues ;

• le franchiseur exerce un contrôle constant sur l’activité du franchisé ; le franchisé doit communiquer régulièrement ses données commerciales, financières et comptables. La Cour ne voit dans ces dispositions que « l’expression normale de l’interdépendance entre franchiseur et franchisé » ;

• revenant sur le thème du risque qui a été mis en avant par la Cour Suprême, la Cour d’appel de Paris souligne que si l’obligation est faite au franchisé de communiquer des informations au franchiseur, ce n’est pas parce que le franchiseur assume les risques pris par sa franchise, « mais au contraire pour en prévenir les effets à son égard en cas de baisse anormale du chiffre d’affaires soumis à redevances en résiliant si nécessaire le contrat » ; 

un sondage a été effectué auprès des clients du franchisé d’où il résultait que les clients primaient l’entrepreneur franchisé sur le franchiseur;

• enfin, le contrat rappelait que le franchisé agissait en qualité de prestataire indépendant, de telle sorte que franchiseur et franchisé agissaient chacun sous leur propre responsabilité et leurs propres risques.

Dès lors, la Cour – qui rappelle les termes du principe posé dans ses arrêts du 4 octobre 2000 – conclut tout logiquement que le franchisé exploite bien un fonds de commerce qui lui appartient et bénéficie du statut des baux commerciaux. Au-delà de ce cas d’espèce, il nous semble que la Cour d’appel a entendu tout à la fois examiner les termes du contrat de franchise mais aussi examiner sa mise en uvre effective.

En outre, la Cour a entendu analyser la finalité des dispositions contractuelles pour la confronter à la finalité de la franchise.

On peut en conclure que le franchisé est bien propriétaire de sa clientèle et peut donc bénéficier de la propriété commerciale dès lors que le contrat et sa mise en oeuvre sont bien cohérents par rapport à la finalité de la franchise que l’on peut ainsi présenter dans cet arrêt : franchiseur et franchisé sont deux entreprises indépendantes, chacune assumant le risque commercial en grande partie distinct du risque assumé par l’autre partie. L’ensemble comporte une interdépendance normale entre franchiseur et franchisé. Le franchiseur se doit de veiller aux bonnes conditions d’exploitation par chacun de ses franchisés. 

Par Yves Marot Juriste collège des Experts de la FFF

Lisez aussi cet article : L’indépendance du chef d’entreprise franchisé et l’appartenance à un réseau de franchise

Plus de franchises
Franchise NETTO NETTO

Supermarché et Supérette

Apport : 60 000€

Franchise EWIGO EWIGO

Achat et vente automobile

Apport : 25 000€

Franchise Mr. Bricolage Mr. Bricolage

Bricolage et jardinage

Apport : 150 000€

Franchise GROUPEMENT LES MOUSQUETAIRES GROUPEMENT LES MOUSQUETAIRES

Supermarché et Supérette

Apport : 65 000€

Franchise FISCHER FISCHER

Boulangerie, pâtisserie, traiteur

Apport : 60 000€

Franchise MY LITTLE WARUNG MY LITTLE WARUNG

Restaurant à thème

Apport : 80 000€

Franchise RELOOKING Beauté Minceur RELOOKING Beauté Minceur

Institut de beauté, esthétique

Apport : 15 000€

Franchise GREEN IS BETTER GREEN IS BETTER

Restauration rapide, fast food

Apport : 70 000€

Plus de franchises

Actualités

La franchise Monop’, enseigne phare du groupe Casino, a commencé à tester depuis la fin du mois d’août 2020 son nouveau concept de magasin autonome « Black Box ». Avec ce point de vente autonome sans employés, ouvert 24 heures sur 24, tous les jours de la semaine, l’enseigne espère conquérir une nouvelle clientèle et gagner de nouvelles […]

L'Indicateur de la Franchise

L'Indicateur de la Franchise

Créée en 1945, la franchise COMERA Cuisines, enseigne pionnière de la cuisine aménagée en France, compte aujourd’hui une cinquantaine de points de vente dans le pays. Lancée en réseau il y a de cela 10 ans, la marque française souhaite renforcer son maillage territorial en ouvrant de nouvelles concessions. Elle cherche à s’implanter en priorité […]

Plus d'actualités

Fermer le menu
×
Notre recommandation pour vous :
Norauto

Le pionnier du concept de centre auto en France

Apport : 100 000€

CA moyen : 1 300 000€

Candidater maintenant

×
Recevez chaque semaine la newsletter
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques,
conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.