Démissionner pour créer son entreprise : tout ce qu’il faut savoir !

Actualités & Interviews / Actualités de la franchise / Démissionner pour créer son entreprise : tout ce qu’il faut savoir !
  • Créé le : 19/09/2022
  • Modifé le : 15/09/2022

Depuis que la loi Macron de novembre 2019 permet de démissionner pour créer une entreprise et de percevoir des indemnités de chômage, de plus en plus de salariés osent se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat. Ces aides financières permettent sous certaines conditions de démarrer plus sereinement et d’assurer un minimum de revenu pendant les premiers mois d’activité.
Tout est ouvert à qui veut se lancer et quelque soit le projet, il faut néanmoins qu’il soit bien étayé. Donc répondre à des critères administratifs pour démissionner afin de percevoir des indemnités et démontrer que l’on a un projet de reconversion réel et sérieux. C’est là que la franchise peut être un choix car elle apporte un savoir-faire et un accompagnement.

Démissionner pour devenir franchisé

Les pré requis pour démissionner et se mettre à son compte

Ne pas démissionner avant d’avoir remplies les conditions suivantes : Avoir 5 ans d’ancienneté ou 1 300 jours en CDI dans une ou plusieurs entreprises et respecté toutes les conditions liées au contrat de travail : pas d’activité concurrentielle par exemple (si contrat de non-concurrence), prime de fin d’année au prorata ou pas, et tout connaitre sur le calcul des indemnités. Il est simple : Pôle emploi prend comme base la rémunération mensuelle brute des 12 derniers mois (inclus les primes variables ou fixes) et détermine le SRJ (salaire journalier de référence).
Ce qui donne 2 options : 40,4% du SRJ + 12 euros par jour ou 57% du SRJ.
C’est le calcul le plus intéressant pour le démissionnaire qui est pris en compte soit en moyenne environ 60% du salaire brut. Attention aux primes non inclus dans le salaire.

Les étapes à respecter et savoir anticiper et patienter

Se rapprocher d’un conseil en évolution professionnel. Mandaté et financé par France Compétence, le CEP est un service public d’accompagnement gratuit, confidentiel et personnalisé. Il s’adresse à tous les salariés et travailleurs indépendants qui souhaitent faire le point sur leur situation professionnelle.  Avec lui, vous pourrez créer votre projet de A à Z.

Cette demande intervient avant la fin du contrat en CDI donc de votre démission. Se rapprocher auprès des organismes dont vous dépendez selon votre emploi (APEC, Cap Emploi). Cette démarche est entièrement gratuite et votre employeur n’en sera pas informé. Le conseiller est habilité pour vérifier que votre projet professionnel est sérieux pour vous donner le sésame : l’attestation prouvant la légitimité de votre projet.

Sous un délai de 6 mois, votre projet de création d’entreprise sera validé et vous pourrez alors vous inscrire comme demandeur d’emploi et de déposer votre demande d’indemnisation.

Les 2 options d’allocations chômage : l’ARE et l’ARCE

Si vous démissionnez pour créer une entreprise et avez rempli tous les critères, vous pouvez opter pour l’ARE (Aide au Retour à l’Emploi) qui sont des allocations chômage classiques versées mensuellement ou l’ARCE (Aide à la Reprise ou Création d’Entreprise) qui garantit un versement en capital des allocations. (Un premier versement de 45 % du montant de vos droits lors de la création de votre entreprise. Le solde environ 6 mois après la création d’entreprise.) Le cumul des deux n’est pas possible.

Il existe une troisième aide l’ACRE (Aide à la Création ou Reprise d’Entreprise) : Cette aide destinée aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise donne le droit à une exonération de cotisations sociales pendant la première année d’activité.

Lire : Chômage et franchise : est-il possible de se lancer en étant chômeur ?

Vous hésitez encore ? Il existe une autre alternative

Préparer le projet avant de démissionner avec un congé non rémunéré mais qui permet de se consacrer quelques mois à 100%.
Il est possible de demander un congé d’une durée variable pour création d’entreprise et pouvoir réintégrer son poste ou un temps partiel pour création d’entreprise et reprendre à temps plein après une période définie entre le salarié et le chef d’entreprise. Ce délai permet de lancer l’activité et la tester avant de démissionner. Cette formule est assez développée dans les secteurs des services.

Tout projet d’entreprise a besoin de temps pour murir et l’enthousiasme ne suffit pas toujours. Alors pourquoi pas la franchise ? Cette formule est une option qui apporte un package complet : la marque, la formation, le savoir-faire, etc.…. et donc un projet viable et qui aura toutes les chances de passer.

Plus de franchises

AVENIR RÉNOVATIONS

Entretien et rénovation

Apport : 20 000€

AQUILUS PISCINES ET SPAS

Piscine, Spa, Hammam

Apport : 50 000€

BRICORAMA

Bricolage et jardinage

Apport : 100 000€

CAMILLE ALBANE

Coiffure

Apport : 40 000€

BUREAU VALLEE

Fournitures de bureau

Apport : 90 000€

RAPID PARE-BRISE

Centre auto et Station service

Apport : 15 000€

COPPER BRANCH

Restauration rapide, fast food

Apport : 30 000€

MONDIAL TISSUS

Décoration et linge de maison

Apport : 70 000€

Plus de franchises

Actualités

Burger King a récemment débarqué avec une nouvelle campagne de recrutement qui a fait sensation. Bien connue pour son style décontracté et humoristique, l’enseigne de fast-food s’est lancé dans un nouveau thème, celui des rêves. En effet, pour les jeunes voulant percer dans des domaines professionnels assez difficiles, l’enseigne propose simplement « de griller des steaks […]

Après une année 2023 en repli, le groupe FBD annonce ses ambitions pour l’avenir

Malgré les difficultés du marché de la cuisine en 2023, le groupe FBD s’est efforcé de soutenir ses franchisés pour les aider à maintenir le cap face aux fluctuations du marché. En 2024, FBD a choisi d’investir massivement dans le capital humain et divers nouveaux projets pour renforcer sa position face à la concurrence. Le […]

Plus d'actualités

Fermer le menu
×
Notre recommandation
MONDIAL TISSUS

Magasins spécialisés dans la vente de tissus et d'accessoires de couture et mercerie

Référence sur le marché de la décoration, du do-it-yourself et de la couture

En savoir plus maintenant
En quelques chiffres
  • Apport : 70 000€
  • CA moyen : 1 100 000€
  • Droit d'entrée : 18 000€
  • Nombre d'unités total en national : 102
En savoir plus maintenant
×
Recevez chaque semaine la newsletter
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques,
conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.