Quand choisir l'impôt sur le revenu plutôt que l'impôt sur les sociétés ?

En tant qu'indépendant ou franchisé, vous pouvez opter pour l'IR (impôts sur le revenu) au lieu de l'IR (impôt sur les sociétés) pour votre entreprise sous certaines conditions. Cela peut être un choix judicieux si votre société a été créée il y a moins de 5 ans, que vous avez peu de déficit reportable et qu'elle prévoit être une année suivante déficitaire.

Qui peut prétendre à cette option fiscale et pourquoi la choisir ?

Ce sont les TPE sous forme de SA, SARL ou SAS dont le capital est détenu pour la moitié à une ou plusieurs personnes physiques. Elle doit avoir moins de 5 ans d'existence et exercer une activité commerciale ou artisanale ce qui est le cas de nombreux réseaux de franchise mais aussi industrielle ou agricole. Elle ne doit pas dépasser le seuil des 50 salariés et réaliser un chiffre d'affaires annuel inférieur à 10 M€. Il faut en faire la notification auprès du service des impôts dans le premier trimestre de l'exercice en cours auquel va s'appliquer le nouveau régime. Soit par exemple le 31 mars 2014 pour une société désirant opter pour ce régime en 2014 et ayant clôturé ses comptes le 31 décembre 2013.

Lisez aussi cet article : Quel statut juridique pour votre franchise ?
L'option est limitée à 5 ans ce qui correspond à la phase de lancement d'une entreprise. Il reste toujours possible de revenir à l'IR avant les 5 ans.

Quels en sont les avantages et les inconvénients ?

Dans la mesure où la société n'est plus redevable à l'IS, le résultat fiscal rentre dans les revenus imposables de la personne physique qui détient le capital et des associés au prorata s'il y en a. Par contre, les déficits antérieurs ne sont plus reportables dans la mesure où ce changement de régime s'apparente à une cessation d'activité. Si le changement de régime intervient alors que la société a fait des bénéfices, ils sont soumis à l'impôt sous 2 mois.
Ce changement de régime fiscal n'est intéressant que si votre société va être déficitaire car ce déficit viendra diminuer les revenus imposables de votre foyer et réduira vos impôts. Par contre, il est à éviter si une société reporte un déficit supérieur au bénéfice de l'année de transition car les déficits ne seront pas pris en compte.
Même si le régime fiscal des sociétés de personnes parait attractif , il reste préférable avant tout changement de consulter un expert comptable qui saura vous dire si cela est opportun ou non car chaque cas est unique et peut dépendre d'autres paramètres fiscaux.

Articles similaires

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 24 heures

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - 25 jours

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Publication du décret relatif à l’instance de dialogue social

par HK - un mois

Le décret d’application de la loi travail relatif aux modalités de l’instance de dialogue social vient de paraître. Rappelons que l’instance en question fait partie des dispositions de la loi El Khomri et qu’elle porte sur la représentation du per...

Informations clés

  • Crée le: 14/09/13 02:00

Les franchises qui recrutent