Recourir à une société de domiciliation

C'est une solution qui paraît attrayante quand on démarre son activité. Est-elle toujours possible ?

La domiciliation est souvent une étape primordiale dans la vie de l'entreprise. Elle présente des avantages, en premier lieu : séparer l'activité professionnelle et la vie privée, cela peut être un gage de professionnalisme vis à vis des fournisseurs ou des clients.  Une société de domiciliation constitue par ailleurs un réseau où vous pouvez trouver des experts avec lesquels vous serez facilement mis en relation.

La loi Dutreil du 1er août 2003 facilite les formalités de domiciliation de l'entreprise dans le local d'habitation de son dirigeant et une circulaire précise l'esprit de la loi depuis juin 2004 : les entreprises individuelles ne peuvent se domicilier via une société de domiciliation qu'à condition de disposer d'un bureau alors que pour les sociétés cette condition n'est pas requise.

Si adhérer à une société de domiciliation vous tente, il y a lieu de prendre certaines précautions. D'abord s'assurer que cette société adhère au Syndicat national des centres d'affaires et de domiciliation. C'est une garantie : le local doit faire au moins 50 m2, avoir des heures d'ouverture larges, respecter un code de déontologie, etc. Autre critère : le coût, à Paris où la concurrence est forte les prix sont relativement bas : de 70 à 300 € à la création du contrat puis de 20 à 60 € par mois. En Province il y a souvent plus de services associés. Il faut vérifier le local pour tester la qualité et la taille de l'agence.

Dominique Deslandes

Articles similaires

Les ventes en ligne dans la franchise et le commerce associé

par MA - un mois

Le règlement d’exemption n° 330/2010 du 20 avril 2010, entré en vigueur en juin 2010 incite les opérateurs y compris les réseaux et enseignes à développer leurs activités en ligne. Dès lors qu’ils sont agréés, les distributeurs, parmi eux les fran...

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - 2 mois

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 5 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

Informations clés

  • Crée le: 22/07/07 02:00

Les franchises qui recrutent