Que penser d’un franchiseur qui prend une participation au capital d’un franchisé ?

Actualités & Interviews / Actualités des experts / Que penser d’un franchiseur qui prend une participation au capital d’un franchisé ?
  • Créé le : 13/04/2017
  • Modifé le : 13/04/2017

Les franchiseurs prennent parfois des participations au capital des sociétés franchisées. L’objectif est le plus souvent double. D’une part, il s’agit d‘aider au financement de la société franchisée, en renforçant ses fonds propres. D’autre part, il s’agit de bénéficier, en sus des droits du franchiseur résultant du contrat de franchise, de droits d’associés, résultant du droit des sociétés commerciales, des statuts sociaux et éventuellement d’un pacte d’actionnaires.

Cette technique de franchise capitalistique s’est développée en particulier dans le commerce alimentaire (GSA et formats de proximité des enseignes nationales de GSA) en raison du niveau élevé des capitaux nécessaires à l’investissement du franchisé et aussi par la nécessité de protéger de manière absolue le périmètre des points de vente, par le jeu de pactes de préférence et de droits de préemption.

Un exemple juridique

La cour d’appel de Grenoble a eu à connaître d’une situation de ce type dans son arrêt du 16 septembre 2010. Le contrat de franchise avait été résilié et cette question ne faisait pas débat. Le Franchisé avait consécutivement sollicité que les titres détenues par son franchiseur dans le capital lui soient cédés, compte tenu de la résiliation des contrats de franchise survenue. Le franchiseur ayant refusé, le franchisé a saisi le tribunal arbitral prévu au contrat. Celui-ci a ordonné la cession forcée. Le Franchiseur  a formé un recours en annulation de cette sentence. La Cour le rejette en estimant que la détention des titres détenus par le franchiseur dans la société franchisée est liée au contrat de franchise. Dès lors, l’exclusion du franchiseur du capital de la société franchisée découle de la cessation des relations contractuelles en matière de distribution. L’ensemble contractuel est ainsi indivisible, la prise de participation n’étant causée que par le contrat de franchise.

Jean-Baptiste Gouache, avocat, associé du cabinet Gouache Avocats, membre du collège des experts de la Fédération Française de la Franchise.

Actualités de GOUACHE Avocats - Jean-Baptiste GOUACHE

Les noms des finalistes du Passeport pour la Franchise 2019 viennent d’être annoncés. L’heureux gagnant bénéficiera de toutes les missions d’experts destinées à accompagner son développement en franchise, pour une valeur totale de près de 70 000 euros. Focus sur les concepts finalistes Au total, 14 enseignes ont été retenues pour aller en finale, à […]

Parmi les étapes indispensables pour créer son réseau de franchise figure la rédaction du manuel opératoire (parfois appelé le Manop’). Elle est stratégique pour l’enseigne à plusieurs égards. La rédaction du manuel opératoire Formaliser le savoir-faire Juridiquement, le franchiseur doit mettre à disposition de son franchisé son savoir-faire. Le manuel opératoire permet au franchiseur d’identifier […]

Plus d'actualités

Fermer le menu
×
Notre recommandation pour vous :
Mon Agence Automobile

Ouvrir une agence automobile

Apport : 20 000€

CA moyen : 240 000€

Candidater maintenant

×
Recevez chaque semaine la newsletter
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques,
conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.