Pour investir, les petites entreprises privilégient l’autofinancement

Actualités & Interviews / Actualités de la franchise / Pour investir, les petites entreprises privilégient l’autofinancement
  • Créé le : 22/04/2014
  • Modifé le : 22/04/2014

Une étude a été réalisée par l’Institut Supérieur des Métiers en partenariat avec la Direction générale de la compétitive, de l’industrie et des services auprès d’un échantillon représentatif de 1400 entreprises artisanales de moins de 20 salariés et de plus de trois ans. Elle montre qu’ en 2013, 72% des entreprises artisanales ont maintenu une situation financière plutôt saine, mais que les investissements sont en retrait – 30% des chefs d’entreprises déclarent avoir reporté des projets d’investissement-.

Un recours à l’autofinancement pour plus d’un quart des entreprises

42% d’entreprises ont investi entre juillet 2012 et 2013 et l’autofinancement a été l’option choisie par 27% d’entre elles. Ce choix de l’autofinancement et un comportement méfiant vis-à-vis des banques s’expliquent par plusieurs facteurs : une réticence des chefs d’entreprises artisanales face à l’endettement, des investissements peu anticipés, sur des montants peu élevés mais répétés, pour lesquels l’introduction d’une demande de prêt sera jugée trop longue, compliquée ; voire la crainte, pour les entreprises les plus en difficulté, d’un refus ou de demandes de garanties. Le recours au prêt bancaire n’a concerné que 19% des entreprises même si le taux de refus est resté faible (8% des demandes de prêts ont essuyé un refus complet, 3% un refus partiel).
Pour les besoins de trésorerie, l’étude met également en lumière une mobilisation systématique au découvert bancaire (par un tiers des entreprises) plutôt qu’au prêt bancaire court terme qui n’a concerné que 3% des entreprises.

la crise économique et financière de 2008/2009 a fragilisé les entreprises artisanales…..

Les entreprises de plus de trois ans sont fragilisées par deux tendances  : une baisse d’activité (qui touche 34 % des entreprises, alors que 41 % ont une activité stable) et une érosion de la rentabilité due à un resserrement des marges (enregistrée par 32 % d’entreprises).
L’étude montre clairement la tension sur les investissements. En effet, 30 % des entreprises déclarent avoir reporté des projets d’investissement. Outre la problématique des capacités d’autofinancement, deux facteurs freinent ces investissements : le manque de visibilité sur les marchés d’une part ; un grand nombre d’entreprises sont d’autre part en « suréquipement », consécutivement aux années d’expansion enregistrées entre 2004 et 2007 (par exemple dans le bâtiment)

….Mais une majorité d’entreprises a préservé sa situation financière

En dépit d’un contexte préoccupant, 72 % des dirigeants considèrent la situation financière de leur entreprise plutôt saine, 28 % l’estiment préoccupante ou très préoccupante.
A noter que le recours aux prêts bancaires est opéré souvent en dernier recours et  seules un quart des entreprises font appel systématiquement à l’emprunt bancaire pour financer leurs investissements.

Cette attitude et la préférence donnée à l’autofinancement s’expliquent par  la présence, dans certains cas, d’une trésorerie abondante, la faible culture financière des dirigeants (appréciation erronée du coût de la dette, sous-estimation de la capacité réelle d’endettement), l’anticipation ou la crainte d’une réponse négative de la banque ou de demandes de garantie.

Les freins au développement des entreprises artisanales ne s’expliquent donc pas par un rationnement des financements bancaires, mais plutôt par un manque de relations (et d’informations) entre les besoins des entreprises et l’offre de financements.
Même si les relations avec la banque sont déclarées sans problème (80 % des cas) cette dernière reste incontournable pour la vie de l’entreprise mais encore souvent perçue comme un « tribunal censeur » par les dirigeants artisans. La gestion de l’entreprise étant plutôt axée sur le pilotage de la trésorerie.

La rédaction vous recommande l’article suivant : les banques face au financement des entreprises !

Plus de franchises
Franchise ADHAP ADHAP

Service à la personne âgée ou dépendante

Apport : 50 000€

Franchise MY LITTLE WARUNG MY LITTLE WARUNG

Restaurant à thème

Apport : 80 000€

Franchise MOBALPA MOBALPA

Cuisine, bain, placard, cheminées

Apport : 80 000€

Franchise LA REUNION DES ENTREPRENEURS LA REUNION DES ENTREPRENEURS

Conseil, formation, coaching

Apport : 10 000€

Franchise MONCEAU FLEURS MONCEAU FLEURS

Fleuriste

Apport : 70 000€

Franchise AU NOM DE LA ROSE AU NOM DE LA ROSE

Fleuriste

Apport : 40 000€

Franchise INTER CAVES INTER CAVES

Vin et boisson

Apport : 50 000€

Franchise DELKO DELKO

Centre auto et Station service

Apport : 30 000€

Plus de franchises

Actualités

Après plusieurs semaines de travaux, l’enseigne Cuisine Plus annonce la réouverture de son point de vente de Montluçon. Une relance qui intervient durant la même période l’inauguration de 3 autres unités implantées à Montpellier, Agen et Narbonne. David-Pires, multi-franchisé Cuisine Plus La collaboration du multi-franchisé David Pires avec l’enseigne Cuisine Plus démarre il y a […]

L'Indicateur de la Franchise

L'Indicateur de la Franchise

Une année 2021 qui démarre fort pour le réseau expert Heytens qui accueille à son bord une nouvelle franchisée installée à Terville, en Moselle. Une gérante devenue dirigeante Enseigne leader du store et du rideau sur-mesure depuis sa fondation en 1974, Heytens poursuit activement le déploiement de son concept en ouvrant les portes d’une toute […]

Plus d'actualités

Fermer le menu
×
Notre recommandation pour vous :
Plus que PRO

Rejoignez le 1er (et le seul) réseau expert en avis clients

Apport : 0€

CA moyen : 120 000€

Candidater maintenant

×
Recevez chaque semaine la newsletter
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques,
conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.