L'expérience peut remplacer les diplômes

La loi de modernisation sociale du 17/01/02 avait annoncé la possibilité pour toute personne en activité d'obtenir tout ou partie d'un diplôme, d'un titre professionnel ou d'une certification professionnelle en faisant valider par un jury de professionnels l'expérience professionnelle qu'elle a acquise.

Les décrets d'application sont parus. Toute personne exerçant une activité salariée, non salariée ou bénévole, d'une durée totale d'au moins trois ans en rapport avec le diplôme, le titre à finalité professionnelle ou le certificat de qualification sollicité, peut effectuer une demande de validation des acquis de l'expérience auprès de l'organisme compétent pour l'octroi de ces titres.
Une commission nationale est constituée afin d'établir et de mettre à jour le répertoire national des certifications professionnelles recensant les diplômes, titres à finalité professionnelle et les certificats de qualification, et leurs conditions d'obtention.

A suivre, ce que cela pourrait changer dans l'accès aux professions de la coiffure, l'optique, le métier d'agent immobilier, etc... si le raisonnement était appliqué jusqu'au bout et en fonction de la sévérité ou du laxisme des contrôles de compétence que les professionnels mettront en place et appliqueront avec une rigueur qui pourrait varier selon les métiers ou d'autres critères...

Source : Décrets n°2002-615 à 617 du 26 avril 2002 Journal Officiel du 28 avril 2002 p.7707 et suivantes 

 

Articles similaires

Les ventes en ligne dans la franchise et le commerce associé

par MA - 6 jours

Le règlement d’exemption n° 330/2010 du 20 avril 2010, entré en vigueur en juin 2010 incite les opérateurs y compris les réseaux et enseignes à développer leurs activités en ligne. Dès lors qu’ils sont agréés, les distributeurs, parmi eux les fran...

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - 27 jours

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 4 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

Informations clés

  • Crée le: 26/12/03 01:00

Les franchises qui recrutent