Les Français font du recours aux services à domicile une évidence

Dans un communiqué diffusé début janvier, l'Agence nationale des services à la personne (ANSP) annonçait que la perte de l'autonomie devenait la première crainte de la majorité des Français. Ce constat était révélé en octobre dernier à l'occasion d'un colloque co-organisé avec le Conseil économique, social et environnemental (CESE) pour débattre avec l'ensemble des acteurs du secteur sur les réponses à apporter au défi de la perte d'autonomie. Il venait confirmait que pour les Français, le recours aux services à domicile est une évidence.

En effet, selon un sondage réalisé par l'institut Ipsos, la perte d'autonomie est la première crainte des Français

Llorsque ceux-ci pensent « au fait de vieillir », avec 56%, devant « le manque d'argent » (29%) et « la solitude, l'isolement » (13%). Cette hiérarchie est partagée par l'ensemble des catégories sociologiques, y compris les plus jeunes.
A cette crainte s'ajoute un relatif degré d'impréparation. Seuls 15% des Français estiment qu'ils seraient « facilement » en mesure de faire face à la perte d'autonomie d'un de leurs proches ou d'eux-mêmes. Les deux tiers d'entre eux (68%) pensent pouvoir y faire face, « mais avec des difficultés ». Enfin près d'un Français sur cinq (16%) se déclare dans l'impossibilité complète de faire face à une situation de dépendance.
Le recours aux services à domicile est donc perçu comme une évidence. En effet, neuf Français sur dix (90%) feraient appel à un intervenant à domicile s'il se trouvait dans une situation de dépendance : 44% « très certainement », 46% « probablement ». Là encore, le recours déclaré à un intervenant à domicile va au-delà des clivages sociaux : jeunes comme moins jeunes, foyers aisés comme foyers moins aisés, habitants des grandes agglomérations comme habitants des zones rurales font de l'intervenant à domicile un recours a priori largement indispensable pour faire face à une situation de ce type.
Mais attention, si le recours à un service à la maison est évident, les Français manifestent également un fort degré d'exigence ! L'analyse est sans appel  : pour les personnes potentiellement concernées par le recours à un intervenant à domicile, la « qualité de la prestation » (35%) ou encore « l'expérience de l'intervenant » (25%) sont les deux premiers critères mis en avant, sensiblement devant le coût de la prestation (11%) ou encore la proximité géographique de l'intervenant (9%).
Cette étude ne devrait pas laisser les franchises de services à la personne (voir liste) indifférentes. Elles devraient largement les conforter dans leurs efforts d'amélioration et de recherche d'une qualité optimale !

Voir aussi les vidéos sur les franchises de service à la personne 

Articles similaires

Le secteur de la restauration à thème a plus que jamais le vent en poupe !

par DM - un mois

Dans le secteur de la restauration à thème, on recense désormais 97 réseaux en 2016 contre 93 réseaux en 2015, soit une hausse de plus de 4% en un an. Le nombre de franchisés a atteint 1.425 en 2016 contre 1.394 en 2015. Le chiffre d'affaires dans...

Une literie de qualité pour une bonne santé physique et mentale

par HK - un mois

une literie de mauvaise qualité impacte non seulement la santé physique mais également la santé mentale, d’où l’importance d’en changer tous les 10 ans en optant pour des matelas adaptés à la morphologie de chacun. C’est là qu’intervient la fr...

Faire venir le client chez moi

par Jacques Dezitter - 2 mois

Lorsque vous ouvrez ou reprenez un commerce, l'approche commerciale est essentielle. Qui sera mon client ? Quelle est mon offre ? Comment rép...

Informations clés

  • Crée le: 02/05/11 02:00

Les franchises qui recrutent