Les consommateurs ont de plus en plus d’engouement pour les oeufs bio

Actualités & Interviews / Actualités de la franchise / Les consommateurs ont de plus en plus d’engouement pour les oeufs bio
  • Créé le : 10/12/2016
  • Modifé le : 14/02/2020

Avec des consommateurs de plus en plus exigeants en terme de qualité et de bien-être animal, les supermarchés, les entreprises agroalimentaires et autres s’engagent à limiter le recours aux oeufs pondus par des poules en cage. Exemple de Monoprix, Aldi Nord, Système U ou encore Lidl.  

Vu dans L’Express

Une forte demande en oeufs bio

Actuellement, un tiers des poules françaises sont élevées en plein air, en bio et au sol. Nous pouvons citer l’exemple de l’enseigne Notre Basse Cour dont le concept consiste à élever un maximum de 1 600 poules pondeuses fermières en plein air et à en vendre les œufs (qualité et circuit court). Une démarche qui s’inscrit dans l’agriculture durable.
Mais le Comité national pour la promotion de l’oeuf (CNPO) souhaiterait « arriver à un taux de 50 %, soit 10 millions de plus« .

Pour Monoprix, la demande en oeufs bio a tellement augmenté que l’enseigne n’est pas certaine de pouvoir s’approvisionner sur le seul territoire français comme c’est le cas actuellement.
De nos jours, les oeufs pondus en cage ne représentent plus que 54 % des achats des ménages, contre 97 % vingt ans plus tôt.

Selon Thierry Desouches, porte-parole de Système U, les clients de l’enseigne s’inquiètent de plus en plus « sur les conditions d’élevage des poules, mais aussi sur celles du boeuf, du porc, des lapins« .

Ces préoccupations ont commencé en 2004, lorsqu’on a commencé à étiqueter les coquilles en fonction du mode d’élevage de 0 à 3: code 0 pour les oeufs de poule d’élevage biologique, code 1 pour le plein air, code 2 pour le sol et code 3 pour la cage.

Entre 35 et 50 € d’investissement par poule pour abandonner l’élevage en batterie

Depuis des décennies, les ONG vouées à la défense de la cause animale mènent un combat sans relâche. L’ONG CIWF France (Compassion in World Farming), par exemple, a lancé avec World Animal Protection et la société d’investissement Coller Capital un indice des entreprises en matière de bien-être animal. Indice publié chaque année depuis 2012 dans le rapport « Business Benchmark on Farm Animal Welfare » (BBFAW).

L’ONG L214
, utilisant des méthodes plus offensives, avait publié en 2014 des vidéos chocs de trois sites bretons où s’approvisionne Système U où on pouvait voir « des oiseaux hagards, entourés des cadavres de leurs congénères« , raconte Brigitte Gothière de L214.


Mais l’abandon total de l’élevage en batterie coûtera cher et il faudra compter, selon le secrétaire général du CNPO, entre 35 et 50 € d’investissement par poule. 500 millions d’euros seront donc à prévoir au niveau national.
Des investissements que les éleveurs pourraient bien être incapables d’assurer étant donné que nombre d’entre eux n’ont pas encore liquidé leurs dettes contractées au moment de la mise aux normes requise par la directive européenne de 2012 sur l’aménagement des cages.

Plus de franchises

BRICORAMA

Bricolage et jardinage

Apport : 100 000€

SPEEDY

Centre auto et Station service

Apport : 70 000€

JOTUL POELES CHEMINEES

Cheminée et Poêle

Apport : 40 000€

COLUMBUS CAFÉ & CO

Café et bar spécialisé

Apport : 80 000€

TEMPORIS

Recrutement, intérim, RH

Apport : 30 000€

BRICO CASH

Bricolage et jardinage

Apport : 200 000€

YVES THURIES – Chocolatier récoltant

Glace, Chocolat, confiserie

Apport : 50 000€

FLOWER CAMPINGS

Camping

Apport : 500 000€

Plus de franchises

Actualités
Wagram Food Service accélère le développement de Columbus Café & Co et Copper Branch

Bpifrance a pris une participation au capital de Wagram Food Service, dont le chiffre d’affaires sous enseigne a atteint 153 millions d’euros en 2023. L’entreprise compte sur cette opération pour accélérer le développement de ses enseignes Columbus Café & Co, Copper Branch et Krispy Kreme. Les ambitions de développement de Wagram Food Service Acquis en […]

Un couple de franchisés ouvre son restaurant Basilic & Co à Challans

La franchise Basilic & Co a récemment inauguré un nouveau restaurant dans le Pays de la Loire, à Challans. Ce 73ème établissement de l’enseigne est géré par un couple de nouveaux franchisés, Mickaël Lambert et Laure Vrignaud. Et de 73 restaurants pour la franchise Basilic & Co ! Mickaël Lambert, 42 ans, possède une riche expérience […]

Plus d'actualités

Fermer le menu
×
Notre recommandation
ISOFRANCE Fenêtres & Énergies

2 domaines d’expertise : les menuiseries et les solutions de chauffage.

Un concept original et fort ; Un savoir-faire éprouvé ; Des conditions d'accès uniques avec rentabilité rapide

En savoir plus maintenant
En quelques chiffres
  • Apport : 25 000€
  • CA moyen : 900 000€
  • Droit d'entrée : 20 000€
  • Nombre d'unités total en national : 28
En savoir plus maintenant
×
Recevez chaque semaine la newsletter
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques,
conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.