Le recrutement est difficile chez les artisans et les commerçants.

D'après une enquête effectuée par l'UPA (Union Professionnelle de l'Artisanat), au cours des six premiers mois de l'année 2013, seuls 19 % des commerçants et artisans ont pu recruter de nouveaux collaborateurs.
Près d'un tiers du secteur des artisans et commerçants ne trouvent pas de main d'œuvre qualifiée pour répondre à leurs besoins. La crise économique est une des causes du faible nombre d'embauche, puisqu'à la même époque, l'année précédente, 22 % d'entre eux avaient recruté. Le secteur le plus touché par cette chute est l'alimentation avec moins de 5 %.

Peu de candidats

L'UPA qui compte 1,2 million de membres a recensé seulement 11 % de ses entreprises adhérentes ayant l'intention d'embaucher d'ici la fin de l'année. Ce sera toujours le secteur de l'alimentation le plus touché, mais également le secteur du bâtiment avec seulement 4 % d'intention de recrutement.
Paradoxalement 30 % des entreprises déclarent rester en sous effectif car elles ne parviennent pas à embaucher malgré un taux de chômage de près de 11 %. Beaucoup de secteurs ne trouvent pas d'employés.
Pourtant, il reste de nombreux postes à pourvoir : 50 000 en hôtellerie et restauration, 10 000 en boulangerie, 9 000 dans le bâtiment et 4 000 en boucherie. Comme le démontrent ces chiffres, c'est dans la branche de l'hôtellerie et de la restauration que la situation est la plus critique. 41 % des chefs d'entreprise de ce secteur (2 sur 5) éprouvent de grandes difficultés à embaucher.

Revoir l'éducation et la formation

Pierre Burban, le secrétaire générale de l'UPA déclare que « le système de formation professionnelle initiale ne correspond pas aux besoins de l'économie ». Malgré des rémunérations intéressantes et des avantages dont l'attraction égale celles des grandes entreprises les candidats ne sont pas présents.
C'est surtout un problème de formation et 65 %, soit les 2/3 des chefs d'entreprise déplorent le manque de qualification. Le tiers restant remarque l'absence pure et simple des candidatures dans le secteur de l'artisanat et du commerce.
« Si l'Allemagne connaît trois fois moins de chômage chez les moins de 25 ans, c'est que l'orientation professionnalisante commence très tôt au sein du cursus académique », poursuit Pierre Burban. « L'éducation doit être repensée… ».

Articles similaires

Monter une franchise avec un petit budget, quelles pistes ?

par MA - 12 heures

Voici une sélection de franchises, évoluant dans différents domaines d'activités et accessibles avec un apport personnel inférieur à 15 000 euros.

Devenir franchisé : avantages et exigences

par Audrey Caudron - 14 heures

Envie de vous lancer dans la franchise ? Avez-vous déjà mesuré les avantages et exigences liés à cette aventure ? Voici quelques pistes qui vous aideront à avancer dans votre démarche…

Devenir franchisé dans le bien être : Quelles franchises choisir ?

par MA - 10 jours

Le marché du bien être s'est très bien développé ces dernières années et progresse en moyenne de 7 % chaque année. En réponse à une demande en progression continue, les instituts prolifèrent, particulièrement ceux qui se développent en franchise. ...

Informations clés

  • Crée le: 21/08/13 02:00

Les franchises qui recrutent