La réforme du droit de la faillite (suite) : éviter le traumatisme

Actualités & Interviews / Actualités de la franchise / La réforme du droit de la faillite (suite) : éviter le traumatisme
  • Créé le : 14/02/2005
  • Modifé le : 14/02/2005

Afin que le chef d’entreprise soit davantage incité à procéder à un dépôt de bilan au demeurant inévitable, et avec l’objectif de ne pas lui ôter toute ambition professionnelle future, l’avant projet de loi tend à délester la faillite de dispositions qui pouvaient paraître superflues en tant que telle. Aussi et en premier lieu, entend-il réformer les sanctions à l’encontre des chefs d’entreprises en faillite reprenant ainsi une tendance « jurisprudentielle » des tribunaux de Commerce et du Parquet peu enclins à sanctionner ces dernières années.

Au traumatisme de la liquidation, avec ses conséquences économiques et personnelles pour le dirigeant et sa famille, il ne faut pas ajouter celui de l’interdiction « infamante » privant le chef d’entreprise de toute faculté de se redresser un jour. Parce que dans la majorité des cas, c’est moins l’honnêteté que la négligence ou l’incompétence du chef d’entreprise qui est en cause, le projet de loi prévoit que les entrepreneurs qui auront fait l’objet d’une interdiction de gérer pourront demander à en être relevés s’ils présentent « toutes garanties démontrant leur capacité à diriger ou contrôler une entreprise ». Ce relèvement ne peut bénéficier qu’à ceux qui n’ont pas été déclarés en état de faillite personnelle.

En second lieu, et surtout, la réforme tend à une accélération par une simplification de la procédure de liquidation judiciaire, en effet 185 000 dossiers sont actuellement en cours d’examen devant les tribunaux, dont 4 500 depuis plus de 20 ans. Le projet propose de supprimer, dans certains cas, l’obligation d’établir un inventaire exhaustif des dettes. Il prévoit également que les procédures de liquidation judiciaire simplifiée ne dureront pas plus d’un an. Les ambitions de cette réforme ne peuvent être qu’approuvées. Toutefois, certains professionnels du Droit s’en sont inquiétés, non pas tant sur le fond de la réforme qu’ils savent indispensables, mais sur les conditions de sa mise en œuvre qui risquent de faire évoluer les équilibres entre les fonctions d’administrateur et de liquidateur judiciaire, outre le rôle dévolu à chacun des acteurs des procédures collectives. Il faudra les écouter car l’application de la Loi passera par la conviction de ces acteurs indispensables. Les invocations incantatoires à la prévention, la conciliation et la simplification ne suffisent pas et chacun devra être convaincu des mérites d’un texte qui tend à faire évoluer significativement des règles datant de plus de quinze dans un monde économique évoluant chaque jour.

Mais à trop vouloir ménager le débiteur failli, les créanciers et les emplois, on finit par n’en sauver aucun. Il faudra être très attentif à l’application, notamment jurisprudentielle, qui sera faite du texte voté, nos tribunaux étant le meilleur « pouls » de l’adéquation de la Loi avec les réalités économiques qui l’entourent. Il serait dommage de passer à côté d’un texte nécessaire à notre économie et à nos institutions judiciaires. Tels sont aussi les enjeux de la nouvelle Loi.

D’après Jean-Charles Simon
(avocat à la Cour, Simon & Associés).

Plus de franchises

BASTIDE LE CONFORT MEDICAL

Santé, médical, dentaire

Apport : 70 000€

AVENIR RÉNOVATIONS

Entretien et rénovation

Apport : 20 000€

CASH EXPRESS

Troc, achat-vente de produits d'occasions

Apport : 50 000€

VULCO

Centre auto et Station service

Apport : 70 000€

GLASS AUTO

Centre auto et Station service

Apport : 10 000€

BRICO CASH

Bricolage et jardinage

Apport : 200 000€

LES COMPTOIRS DE LA BIO

Produits bio et naturels

Apport : 100 000€

COCCINELLE / COCCIMARKET

Supermarché et Supérette

Apport : 25 000€

Plus de franchises

Actualités
Quid du franchisé si le réseau change de propriétaire ?

Le modèle de l’entrepreneuriat en franchise fonctionne sur une sélection réciproque du franchiseur et de son franchisé. Le premier voit en la personne du franchisé un candidat aux épaules solides, à la tête bien faite et aux finances au beau fixe, capable de mener sa barque jusqu’au succès tout en surmontant de nombreux obstacles. Quant […]

Parcours de Abdallah Abbes, à l’origine de la franchise Avenir Rénovations de Saint-Denis

Abdallah Abbes, fraîchement devenu franchisé Avenir Rénovations à Saint-Denis, partage dans cette interview son parcours, sa découverte du réseau Avenir Rénovations, et son expérience lors de sa formation initiale. Pouvez-vous nous parler de votre parcours professionnel ? « J’ai fait mes débuts en tant qu’artisan et chef d’entreprise, spécialisé dans l’installation de systèmes de lavage haute […]

Plus d'actualités

Fermer le menu
×
Notre recommandation
YVES ROCHER

Yves Rocher est à la recherche de nouveaux partenaires en franchise et en location-gérance.

Marque de cosmétique, soins du visage et maquillage N°1 en France

En savoir plus maintenant
En quelques chiffres
  • Apport : 30 000€
  • CA moyen : 900 000€
  • Droit d'entrée : 2 000€
  • Nombre d'unités total en national : 660
En savoir plus maintenant
×
Recevez chaque semaine la newsletter
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques,
conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.