Interview d'un futur franchisé intéressé par le prêt-à-porter

De plus en plus de jeunes entrepreneurs décident, suite à une expérience professionnelle en tant que salariés, de se lancer à leur compte.

Certains comme Benjamin, ancien salarié dans une société de gestion - choisissent le secteur de la mode. Intéressé par le luxe, il nous parle dans cette vidéo des concepts qui l'intéressent.
Benjamin : "J'ai 30 ans, je suis aujourd'hui salarié dans une société de gestion de portefeuilles. Je cherche à avoir une certaine indépendance tout en étant accompagné par un franchiseur, et en ayant ma propre affaire. 
Je suis idéalement à la recherche d'un secteur plutôt sur le luxe ou le haut de gamme. Actuellement, j'étudie la marque xxxx dans le secteur du prêt à porter pour enfants, c'est assez intéressant. Je m'oriente vers le luxe car c'est un secteur où en temps de crise ça résiste. Je pense que c'est plutôt le secteur vers lequel il faut s'orienter. 
Les vêtements qu'ils fabriquent sont de très bonne qualité, je suis plutôt axé mode. Il est vrai que cela me plaisait bien et actuellement, comme je suis papa d'une petite fille de 8 mois, c'est un peu par rapport à cela. J'aime bien que ma fille soit bien habillée et c'est une marque qui me plait plutôt bien. 
Je pense qu'ils sont au début de leur développement, ils n'ont que 11 magasins actuellement et cela me convient aussi car pour éviter de payer des droits d'entrée trop élevés avec une marque qui a déjà une notoriété acquise. C'est plutôt ce que je recherche, c'est à étudier pour l'instant, je suis en réflexion, et nous allons dire que c'est sur un horizon de 12 mois et exclusivement en île de France, proche de Paris 1ère ou 2ème couronne. En termes de capital, ce sera avec un apport allant jusqu'à 60 000 euros
Nous avons une idée au départ un peu vague de la franchise, et il y a quand même beaucoup de spécificités, s'il y a une redevance par rapport au chiffre d'affaires ou une redevance fixe ? Comment nous aide le franchiseur ? C'est quand même assez complet selon les différents franchiseurs, ils ne fonctionnent pas de la même manière, c'est intéressant à savoir !  

La franchise c'est un concept assez sécurisant ! Après, effectivement nous sommes seuls et indépendants donc il faut que le commerce fonctionne même si au dessus de nous, nous avons un réseau de franchisés, et que nous sommes assez en confiance car il y a d'autres personnes dans le réseau qui sont dans la même situation que nous. Au final, si ça ne fonctionne pas, malheureusement nous sommes seuls et il y a quand même un risque que le projet ne fonctionne pas mais il n'y a pas de raisons pour que cela arrive." 

Articles similaires

Le marché de la cuisine équipée dispose d'un fort potentiel en France.

par Céline Cotton - 6 ans

Actuellement en France, seuls 60% des ménages sont équipés d'une cuisine équipée, un chiffre assez faible comparé au taux d'équipement des pays référents en Europe, notamment l'Allemagne, qui bénéficie d'un taux d'équipement avoisinant les 85%. Ce...

Interview d'un franchisé d'un réseau de recrutement et travail temporaire

par Dorsaf Maamer - 7 ans

Les franchises de recrutement de salariés et d'intérim annoncent un accompagnement : des préparations pour les entretiens, l'identification des compétences, l'aide à l'insertion professionnelle, l'accompagnement pendant et à la suite de la mission...

Archive 2007 - Interview Développement franchise de beauté

par Dorsaf Maamer - plus de 10 ans

La franchise Yves Rocher est une franchise de produits de beauté naturels et de soins esthétiques. L'enseigne fête ses 50 ans d'existence et se lance sur une optique de renouvellement de son réseau de franchisés. ...

Informations clés

  • Crée le: 02/10/17 08:47

Les franchises qui recrutent