Franchise : les conséquences d’un manquement à l’obligation précontractuelle d’information

Actualités & Interviews / Actualités des experts / Franchise : les conséquences d’un manquement à l’obligation précontractuelle d’information
  • Créé le : 07/05/2018
  • Modifé le : 21/08/2019

Franchise : les conséquences d’un manquement à l’obligation précontractuelle d’information s’apprécient en fonction du profil des candidats à la franchise
Cour de cassation, chambre commerciale, 5 janvier 2016, pourvois n° 14-15.700, 14-15.701, 14-15.702, 14-15.703, 14-15.704, 14-15.705, 14-15.706, 14-15.707, 14-15.708 et 14-15.710.

Le franchiseur – à l’instar de toute personne qui met à la disposition d’une autre personne un nom commercial, une marque ou une enseigne, en exigeant d’elle un engagement d’exclusivité ou de quasi-exclusivité pour l’exercice de son activité – doit fournir à tout candidat à la franchise des informations qui lui permettent de s’engager en connaissance de cause.

Les articles L. 330-3 et R. 330-1 du Code de commerce imposent ainsi au franchiseur la transmission, 20 jours avant la signature du contrat de franchise, d’un document d’information précontractuel (DIP) précisant notamment « l’état et les perspectives de développement du marché concerné ». Le non-respect de cette obligation d’information précontractuelle expose le franchiseur à une sanction pénale (contravention de 5ème classe). Elle l’expose également à l’annulation du contrat de franchise si le défaut d’information a vicié le consentement du franchisé et, le cas échéant, à l’allocation de dommages-intérêts réparant le préjudice subi par ce dernier.

Des franchisés, déçus par la franchise, utilisent de façon récurrente l’argument d’un manquement du franchiseur à son obligation d’information pour tenter d’obtenir l’annulation de leur contrat. De telles actions, lorsqu’elles sont engagées, peuvent se propager rapidement au sein du réseau car il est probable que le franchiseur ait transmis une information, peu ou prou, identique à l’ensemble des candidats à la franchise…

Une série de dix décisions rendues par la Chambre commerciale de la Cour de cassation le 5 janvier 2016, au-delà de l’intéressante illustration de cet effet de propagation qu’elle fournit, mérite l’attention en ce qu’elle rappelle que l’appréciation des conséquences, au plan civil, d’un défaut de transmission des informations requises s’apprécie en fonction du profil de celui qui les reçoit.

Dans l’ensemble des espèces considérées, le franchiseur proposait aux candidats à la franchise l’exploitation d’un concept qualifié de « novateur » alliant crédit et assurance. Il n’avait transmis à ces derniers aucune présentation de « l’état et des perspectives de développement du marché concerné ».

Se plaignant de ce défaut d’information, des franchisés l’avaient assigné pour en obtenir la sanction.

Dans la totalité des espèces, les juges du fond avaient rejeté leurs demandes considérant que le défaut d’information n’avait pas été de nature à vicier leur consentement en raison de leur expérience dans le secteur, soit de l’assurance, soit du crédit.

Dans six des espèces, la Cour de cassation censure les juges du fond pour ne pas avoir précisé en « quoi l’expérience du franchisé acquise dans le seul domaine [du crédit ou de l’assurance selon les espèces] était suffisante pour lui permettre d’apprécier l’état du marché local d’un concept novateur alliant crédit et assurance ».

Dans quatre autres espèces, en revanche, elle approuve les juges du fond au motif que les candidats à la franchise disposaient d’une « bonne connaissance du marché local » en raison, pour trois d’entre eux, de leur expérience d’une durée conséquente en matière à la fois de crédit et d’assurance, et, pour le quatrième, de son appartenance préalable à un réseau exploité en matière d’assurance mais sous l’enseigne du même franchiseur. Dans ces cas, en effet, les franchisés ne démontraient pas en quoi le défaut de transmission d’informations sur « l’état et les perspectives de développement du marché concerné » avait vicié leur consentement.

La Cour de cassation rappelle donc que les conséquences d’un manquement à l’obligation précontractuelle d’information doivent s’apprécier en fonction du profil de chaque franchisé. L’appréciation de l’expérience de ces derniers commande une vigilance accrue lorsque le concept franchisé est « novateur » et donc par essence encore peu expérimenté.

FIDAL
Département Droit économique
Département Concurrence – Distribution /
Propriété Intellectuelle – Technologies de l’information

Laurent François-Martin
Frédéric Bourguet
Perrine Plouvier-Masse
Pierre Cianci

Plus de franchises

CLASS’ CROUTE

Restauration rapide, fast food

Apport : 100 000€

GROUPEMENT LES MOUSQUETAIRES

Supermarché et Supérette

Apport : 65 000€

FLOWER CAMPINGS

Camping

Apport : 500 000€

AQUILUS PISCINES ET SPAS

Piscine, Spa, Hammam

Apport : 50 000€

DIETPLUS

Institut de beauté, esthétique

Apport : 5 000€

ROADY

Centre auto et Station service

Apport : 75 000€

YVES ROCHER

Parfumerie et cosmétique

Apport : 30 000€

SPEEDY

Centre auto et Station service

Apport : 70 000€

Plus de franchises

Actualités

En tant que précurseur de la construction de maisons individuelles prêtes-à-finir en France, Mikit souhaite renforcer son réseau tout en maintenant un haut niveau d’excellence en matière de formation. Pour atteindre cet objectif, l’enseigne a récemment organisé une série d’ateliers régionaux réunissant les commerciaux et les patrons de franchise. Un réseau accordant une importance capitale […]

Elisabeth Lebastard

Pendant les 15 années passées chez une enseigne concurrente, Élisabeth Lebastard et son associé Renald se sentaient délaissés. Suite à cette expérience malheureuse, ils ont décidé de rejoindre le réseau Bureau Vallée. Aujourd’hui, ils sont ravis d’avoir sauté le pas ! Lumière sur le parcours inspirant d’Élisabeth Lebastard « J’ai été 15 ans avant, sous une enseigne […]

Plus d'actualités

Fermer le menu
×
Notre recommandation
BUREAU VALLÉE

Le n°1 en fournitures de bureau et papeterie

+ 200 villes à pourvoir, dont des opportunités de cession

En savoir plus maintenant
En quelques chiffres
  • Apport : 90 000€
  • CA moyen : 650 000€
  • Droit d'entrée : 15 000€
  • Nombre d'unités total en national : 400
En savoir plus maintenant
×
Recevez chaque semaine la newsletter
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques,
conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.