Le secteur de l'esthétique n'a pas trop mal résisté à la crise

La co-présidente de la Confédération Nationale Artisanale des Instituts de Beauté (CNAIB), Michèle Lamoureux, nous explique que la crise économique n'a pas trop touché le secteur de l'esthétique qui résiste - Informations vues dans cession.commerce.

Un secteur d'entreprises indépendantes

Le commerce de l'esthétique est en général un secteur d'indépendants. Il y a peu de franchise comme Yves Rocher par exemple, mais les entreprises d'esthétique sont gérées individuellement par des esthéticiennes diplômées. Il faut avoir obtenu au minimum un diplôme spécial esthétique, comme CAP, BP ou Bac Pro pour avoir le droit d'exercer.
Il y a actuellement en France, chefs d'entreprise et salariés confondus, environ 72 000 esthéticiennes. Le nombre est en augmentation, car malgré la crise, les clientes ou clients d'instituts de beauté viennent en plus grand nombre que dans les années passées. D'après une enquête réalisée par la CNAIB, il y a eu au cours des douze mois précédents, 44 % des femmes à s'être rendues dans un institut de beauté et aussi 10 % des hommes.
La tranche d'âge de la clientèle est en majorité comprise entre 35 et 44 ans. L'évolution du mode de vie de la société tend à prendre en compte le bien-être personnel, le soin à la personne et le besoin de déstresser. La clientèle qui fréquente les instituts de beauté recherche surtout le professionnalisme dans les soins prodigués, l'hygiène sous toutes ses formes et la sécurité pour un résultat optimum. C'est par le respect de ces trois règles que les instituts répondent à la demande de la clientèle et la fidélise.

Un marché en progression

Entre les années 2010 et 2011, la progression du chiffre d'affaires dans le secteur de l'esthétique a été de + 0,9 %. Une hausse constatée malgré la fermeture de quelques instituts de beauté. En comparaison, le monde de la parfumerie a connu un résultat négatif à la même période.
La clientèle a donc fait le choix de certaines privations pour continuer à fréquenter les instituts de beauté. Les soins de base, comme l'épilation, les soins du visage, la manucure, etc., sont des règles d'hygiène entrées dans les mœurs et qui pérennisent la vie du secteur. Dernièrement, les SPA, qui font aussi partie de la convention collective de la CNAIB, ont fait leur apparition, mais toutes les esthéticiennes ne sont pas formées à ces techniques. D'après Michèle Lamoureux, l'engouement actuel pour les Spa est plus un phénomène de mode alors que les soins d'esthétique sont passés dans les us et coutumes.
Vous souhaitez devenir franchisé et ce secteur vous intéresse tout particulièrement ? Découvrez les réseaux qui recrutent actuellement en France dans le secteur «Franchise esthétique»
D'après un article du 25/05/2012

Articles similaires

Définir ma zone de chalandise

par Dominique Deslandes - 11 heures

Vous devrez vous intéresser à la zone géographique qui sera impactée par l'ouverture de votre point de vente. Certains critères sont à vérif...

Les matières premières du cordonnier

par Dorsaf Maamer - 1 jour

Peau animale transformée par des traitements chimiques et mécaniques et apprécié depuis toujours pour sa durabilité et son confort, le cuir e...

Une nouvelle dimension pour les animations en magasin

par Martine Malaterre - 2 jours

Séduire le consommateur via des animations magasin n’est pas nouveau et a toujours fait partie du marketing. Cependant, face aux exigences d’un client multicanal et hyper-connecté, ces opérations avaient été un peu délaissées.

Informations clés

  • Crée le: 10/03/13 01:00

Les franchises qui recrutent