Auto-entrepreneur : un statut reconnu et apprécié par les Français

Fondapol, Fondation pour l'innovation politique, a publié début juin un document de synthèse relatif à l'image du statut d'auto-entrepreneur en France. A partir d'un sondage effectué par TNS Sofres auprès d'un échantillon représentatif de 1000 personnes, cette étude nous permet d'avoir un bon retour sur l'image que se font les Français du tout récent statut d'auto-entrepreneur. Statut dont deux tiers des personnes interrogées ont déjà entendu parlé !
Une chose est sûre : le statut d'auto-entrepreneur est désormais bien installé en France et a réussi à bien se faire connaître. Ainsi, une personne sur deux sait même de quoi il s'agit et une sur cinq connaît directement un auto-entrepreneur dans son entourage proche. On notera ici que la notoriété est plus importante chez les hommes, les actifs et les catégories socioprofessionnelles supérieures.
Si le statut d'auto-entrepreneur est défini dans cette étude comme « un régime fiscal et social qui simplifie les démarches pour ceux qui veulent se mettre à leur compte en créant une entreprise individuelle », les personnes interrogées, à 70 %, le considèrent comme une bonne chose !
Parmi les avantages cités : une bonne occasion d'être indépendant, un statut qui permet de monter une activité facilement et qui facilite la création d'entreprise, un excellent moyen d'organiser sa vie professionnelle avec beaucoup d'autonomie. Et aussi, une bonne nouvelle en temps de crise : « Une bonne solution pour sortir du chômage. » (pour 63 % des personnes interrogées).
Et quand on demande aux Français s'ils seraient prêts à se lancer dans l'aventure de l'auto-entreprenariat, ils sont 23 % à dire « oui » ! Dans le détail, les jeunes et les chômeurs sont les plus tentés (voir tableau ci-dessous).

La rédaction vous recommande aussi cet article : L'auto-entrepreneur en Franchise ? 

Articles similaires

Les apports en société

par Dominique Deslandes - 1 jour

Les apports sont des biens ou des fonds que les associés mettent à la disposition de la société en vue de l'exploitation commune et en contrepartie desquels ils reçoivent des droits sociaux (parts ou actions) soumis aux aléas de la société

Devenir courtier en crédit

par Dorsaf Maamer - 11 jours

Avec un marché de l'immobilier très actif et un nombre croissant de particuliers faisant appel à un courtier, le métier a assurément de beaux jours devant lui. L'entrée en vigueur d'un nouveau cadre réglementaire en janvier 2013 a favorisé l’augme...

Régler un litige avec votre banque

par LA - 11 jours

Vous n'êtes pas d'accord avec votre banquier ? Il peut arriver qu'un différend vous oppose à votre banque comme cela pourrait se produire avec n'importe quel autre commerçant. La cause de votre mécontentement peut correspondre à un réel

Informations clés

  • Crée le: 04/07/10 02:00

Les franchises qui recrutent